Votre titre Audible gratuit

9,95 € / mois après 30 jours. Résiliable à tout moment.

ou
Dans le panier

Vous êtes membre Amazon Prime ?

Bénéficiez automatiquement de 2 livres audio offerts.
Bonne écoute !

    Description

    "Benoîte Groult analyse, dans Ainsi soit-elle, "l'infini servage" des femmes et lance la première protestation publique contre la pratique de l'excision. Livre simple et direct pour que tous comprennent, livre lucide et courageux où l'humour est aussi une arme dans un combat qui se veut toujours positif.

    "Il faut que les femmes crient aujourd'hui. Et que les autres femmes - et les hommes - aient envie d'entendre ce cri. Qui n'est pas un cri de haine, à peine un cri de colère, mais un cri de vie." (Benoîte Groult)"
    ©2004 Éditions Grasset (P)2004 Éditions des femmes

    Autres livres audio du même :

    Ce que les auditeurs disent de Ainsi soit-elle

    Notations
    Global
    • 5 out of 5 stars
    • 5 étoiles
      8
    • 4 étoiles
      2
    • 3 étoiles
      0
    • 2 étoiles
      0
    • 1 étoile
      0
    Interprétation
    • 5 out of 5 stars
    • 5 étoiles
      8
    • 4 étoiles
      2
    • 3 étoiles
      0
    • 2 étoiles
      0
    • 1 étoile
      0
    Histoire
    • 5 out of 5 stars
    • 5 étoiles
      8
    • 4 étoiles
      2
    • 3 étoiles
      0
    • 2 étoiles
      0
    • 1 étoile
      0

    Commentaires - Veuillez sélectionner les onglets ci-dessous pour changer la provenance des commentaires.

    Trier par :
    Trier par:
    • Global
      5 out of 5 stars
    • Interprétation
      5 out of 5 stars
    • Histoire
      5 out of 5 stars

    pour reflechir et se rapeller

    Et nous femmes?
    Benoite resume les raisons du feminism et pourquoi il es important. Sur une ecoute facile et vite, nous rapellons l'importance de les droite des femmes.

    • Global
      5 out of 5 stars
    • Interprétation
      5 out of 5 stars
    • Histoire
      5 out of 5 stars

    Saine lecture

    Saine lecture encore.
    Quand tu ouvres le livre pour ne le fermer qu'une fois le point final arrivé ! Que tu le déposes en ressentant un tiraillement dans le bas ventre. Que tu te rappelles la chance que tu as d'être née maintenant et ici. Que tu ne sais plus fermer les yeux sans penser à toutes les autres, d'avant et maintenant, qui n'ont pas cette chance ! Et que soudain, en pensant à tes filles, tu te dis qu'il est plus que temps de maintenir le combat ! Quand tu prends conscience qu'en fait, la femme a eu, et a encore, moins de droits que les esclaves ! Et qu'à l'heure où j'écris ces quelques mots, elle n'est perçue encore que comme l'ombre de l'homme, issue d'une de ses côtés, et lieu de ses soulagements ! Je sens en moi la force de la rage, parce que non, définitivement non, là n'est pas notre place, ni notre lieu de naissance, ni notre état d'être au monde !!