Votre titre Audible gratuit

9,95 € / mois après 30 jours. Résiliable à tout moment.

ou
Dans le panier

Vous êtes membre Amazon Prime ?

Bénéficiez automatiquement de 2 livres audio offerts.
Bonne écoute !

    Description

    L'ouverture des archives russes, il y a dix ans, permet de porter un regard neuf sur les grands personnages de l'histoire soviétique, à commencer bien sûr par Staline, l'une des figures les plus énigmatiques de l'histoire du XXe siècle. Comprendre l'homme des épurations politiques et physiques, des procès truqués, des millions de morts au cours de la famine de 1932 - 1933, de la déportation d'une quinzaine de peuples, du Goulag, de la guerre froide, c'est aussi reprendre sous un autre angle la question de "l'œuvre noire" du communisme. Qu'aurait-il été, ce communisme, s'il n'avait eu à sa tête un Géorgien à l'enfance miséreuse et battu par un père alcoolique, sauvé par une éducation religieuse et rigoriste chez les pères orthodoxes ?

    Le parcours de cet ancien séminariste de Tiflis qui, une fois au pouvoir, s'est acharné à pourchasser et massacrer les communistes en URSS et de par le monde, est fascinant. Comment cet homme peu doué pour l'idéologie a-t-il petit à petit tissé sa toile dans l'appareil ? Par quel étrange paradoxe a-t-il repris à son compte des méthodes et des exactions dont il avait été le témoin ou la victime sous le régime du tsar au début de son engagement politique ?

    La biographie que nous propose Jean-Jacques Marie, extrêmement documentée et nourrie à des sources jusqu'ici inaccessibles, s'inscrit dans la meilleure tradition narrative, celle qui capte l'attention du lecteur par la précision du mot et la rigueur de la construction.

    ©2001 Editions Fayard (P)2021 Sixtrid SAS

    Ce que les auditeurs disent de Staline 2

    Notations
    Global
    • 4 out of 5 stars
    • 5 étoiles
      8
    • 4 étoiles
      4
    • 3 étoiles
      3
    • 2 étoiles
      1
    • 1 étoile
      0
    Interprétation
    • 4.5 out of 5 stars
    • 5 étoiles
      10
    • 4 étoiles
      3
    • 3 étoiles
      2
    • 2 étoiles
      1
    • 1 étoile
      0
    Histoire
    • 4 out of 5 stars
    • 5 étoiles
      5
    • 4 étoiles
      5
    • 3 étoiles
      4
    • 2 étoiles
      0
    • 1 étoile
      1

    Commentaires - Veuillez sélectionner les onglets ci-dessous pour changer la provenance des commentaires.

    Trier par :
    Trier par:
    • Global
      3 out of 5 stars
    • Interprétation
      4 out of 5 stars
    • Histoire
      3 out of 5 stars

    soporifique et caricatural

    beaucoup beaucoup d'histoires de bureaucratie et de complots dont on ne comprends pas la logique. au final on a meme du mal à cerner la motivation (et encore moins la personalité) de staline.
    et a des moments ou l'on aurait aimer les details on n'en a pas.
    sans compter le ton pas du tout neutre de l'ouvrage qui accentue le cliché que l'on a de ce personage. en gros une brute fruste et avide de pouvoire. aucune nuance.
    un exemple qui illustre cela :
    on nous explique que Staline pouvait regarder 20 fois le meme film, mais a aucun moment on ne nous dit de quel film il s'agite. pourtant ca aurait été interessant de savoir ses gouts personels. mais non j'imagine que l'on voulait juste appuyer le fait que c'etait un personnage enigmatique et obsedé par certains details et qui les imposaient a son entourage.

    bref je reste sur ma faim.

    3 personnes ont trouvé cela utile

    • Global
      4 out of 5 stars
    • Interprétation
      4 out of 5 stars
    • Histoire
      4 out of 5 stars

    A mettre à jour

    Mettons nous d'accord, ce livre est une compilation de documents exceptionnels.
    La personnalité de Staline y est décrite à la perfection, ce sont ces petits détails qui rendent ce livre intéressant.

    Néanmoins, et c'est ici ma seule critique, Jean-Jacques Marie n'est pas un spécialiste de la Seconde Guerre Mondiale. Ainsi, il décrit les événements liés à 39-45 avec une vision passéiste, largement remise en question par les historiens depuis 20 ans.
    Exemples :
    - il nous parle de la cavalerie polonaise (mythe)
    - le passage sur Stalingrad est hypertrophié alors que celui de Koursk est très bref, or nous savons que la seconde bataille était bien plus décisive
    - Bandera est présenté comme un "leader dont les bandes ravagent l'Ukraine" : or celui-ci a passé toute la guerre en camp de concentration allemand et l'analyse sur l'UPA reste bien simpliste