Votre titre Audible gratuit

Maudit mercredi

Le jour où... 3
Série : Le jour où..., Volume 3
Durée : 16 h et 25 min
4.5 out of 5 stars (13 notations)

Prix : 16,95 €

9,95 € / mois après 30 jours. Résiliable à tout moment.

Description

C'était la famille parfaite... mais un meurtre va tout ébranler.

Quand elle rentre de l'école, ce mercredi-là, Dora Lennox trouve une maison en pagaille, des biscuits brûlés et un cadavre, celui de sa mère, sauvagement assassinée. Épouse et mère aimée, aide-soignante charitable, voisine exemplaire : pour l'inspecteur Karlsson, Ruth Lennox avait pourtant tout de la femme sans histoire - jusqu'à ce que les langues se délient. Et, face à des proches meurtris, qui mieux que la psychothérapeute Frieda Klein pour déceler les noirs secrets de l'âme ? Bientôt, le portrait de famille se lézarde, et de nouvelles pistes émergent. Des jeunes filles disparues auxquelles personne ne s'intéressait jusque-là...

©2013 / 2014 Joined-Up Writing. All rights reserved / Fleuve Éditions, département d'Univers Poche, pour la traduction française. Traduit par Marianne Bertrand (P)2018 Lizzie, un département d'Univers Poche

Ce que les membres d'Audible en pensent

Notations

Global

  • 4.5 out of 5 stars
  • 5 étoiles
    6
  • 4 étoiles
    5
  • 3 étoiles
    2
  • 2 étoiles
    0
  • 1 étoile
    0

Performance

  • 4.5 out of 5 stars
  • 5 étoiles
    8
  • 4 étoiles
    3
  • 3 étoiles
    1
  • 2 étoiles
    1
  • 1 étoile
    0

Histoire

  • 4.5 out of 5 stars
  • 5 étoiles
    7
  • 4 étoiles
    3
  • 3 étoiles
    3
  • 2 étoiles
    0
  • 1 étoile
    0
Trier par :
  • Global
    4 out of 5 stars
  • Performance
    4 out of 5 stars
  • Histoire
    5 out of 5 stars

Psychologie et crime associés

Intrigues Britanniques captivantes et personnages attachants.
Dommage que la narratrice ne puisse bien faire les voix masculines malgré tous ses efforts.

  • Global
    3 out of 5 stars
  • Performance
    2 out of 5 stars
  • Histoire
    3 out of 5 stars

J'aurais dû commencer par le lundi

Au début, j'ai ressenti le même niveau de compréhension que lorsque j'écoute un récit dans une langue étrangère que je ne maîtrise pas parfaitement. En fait, les personnages déboulent comme si on les connaissait déjà. J'ai eu bien de la peine à distinguer le surintendant Karlson, l'inspectrice Yvette et c'est à peu près tout. J'en déduis que l'auteur a estimé que ses lecteurs auraient commencé sa série par le début. Si donc vous êtes tentés par par ce titre, attendez d'avoir lu les deux précédents. Quoique...

Cette intrigue ne m'a, cependant, pas pleinement satisfaite, car la résolution de l'énigme policière, moteur d'un roman policier, est relégué au second plan, pour laisser la vedette à Freida qu'on comprend être psychanalyste, sans doutes ancienne profileuse, qui semblerait se remettre d'une agression. Une large part est faite à ses états d'âme, à se maniaquerie, à ses hésitations... On lui découvre un amoureux fidèle,mais cela ne semble pas l'enthousiasmer. Pour résumer elle est très agaçante et gâche toute l'histoire.

Parallèlement un maçon-"cosaque" à l'accent plus germanique que slave (et que la narratrice nomme je ne sais pourquoi Choseph) décide d'office de faire des travaux dans sa salle de bain ce qui la contrarie beaucoup. Mais je n'ai toujours pas compris ce qu'il vient faire dans l'histoire, pas plus qu'un certain Ruben qui s'impose de temps en temps. Il est à trois reprise fait allusion à un homme qui lui envoi des lys, fleurs qu'elle déteste...

Cela dit, l'énigme policière est classique mais se déroule plutôt en dehors de ce qu'on nous raconte, sans grandes péripéties et assez rapidement. Se son côté elle part à la recherche d'une jeune-fille, mais dans cette recherche rien ne m'a maintenue en haleine. C'était plat.

La narratrice à une adorable voix cristalline qui sied parfaitement aux femmes, aux enfants et aux adolescents mais qui devient plutôt comique pour camper un homme et pire un rude travailleur.

Je m'en vais donc voir ce qu'il se passe lundi parce que j'ai lu de bonnes critiques, mais je tend le dos.

Quoi qu'il en soit, je ne suis pas persuadée que ce "Maudit mercredi" doit le meilleur livre de cet auteur en deux personnes (sous le pseudonyme se cache un couple britannique).