Votre titre Audible gratuit

L'humanité en péril

Durée : 6 h et 12 min
4.5 out of 5 stars (28 notations)

9,95 € / mois après 30 jours. Résiliable à tout moment.

ou
Dans le panier

Description

"Mais bon sang, comment vais-je me sortir de cette tâche insensée ? De cette idée de m'entretenir avec vous de l'avenir du monde vivant ? Alors que je sais très bien que vous auriez préféré que je vous livre un roman policier. Il y a dix ans, j'avais publié un très court texte sur l'écologie. Et quand on m'a prévenue qu'il serait lu à l'inauguration de la COP 24, c'est alors que j'ai conçu un projet de la même eau, un peu plus long, sur l'avenir de la Terre, du monde vivant, de l'Humanité. Rien que ça."  

Ce livre audio, qui explore l'avenir de la planète et du monde vivant, souhaite mettre fin à la "désinformation dont nous sommes victimes" et enrayer le processus actuel.

©2019 Éditions Flammarion (P)2019 Éditions Gallimard

Ce que les membres d'Audible en pensent

Notations

Global

  • 4.5 out of 5 stars
  • 5 étoiles
    17
  • 4 étoiles
    6
  • 3 étoiles
    3
  • 2 étoiles
    1
  • 1 étoile
    1

Interprétation

  • 4.5 out of 5 stars
  • 5 étoiles
    21
  • 4 étoiles
    3
  • 3 étoiles
    2
  • 2 étoiles
    1
  • 1 étoile
    0

Histoire

  • 4.5 out of 5 stars
  • 5 étoiles
    18
  • 4 étoiles
    6
  • 3 étoiles
    3
  • 2 étoiles
    0
  • 1 étoile
    0

Trier par :
Trier par:
  • Global
    1 out of 5 stars
  • Interprétation
    2 out of 5 stars
  • Histoire
    3 out of 5 stars

Très décevant...

Je suis ennuyé avec ce titre. En fait, non, très déçu... (désolé pour le pavé à venir)

Le début du livre est excellent, plein de promesses. L'écrivaine nous promet un constat sans concession, sans tabou, sans langue de bois. On a envie de la croire. Dans ce bouquin, il y a plein de choses intéressantes et le message passé vaudrait à lui seul une bonne note.
Mais hormis le début (l'intro en fait) qui est fort, le reste n'est qu'une énumération de nos excès, des chiffres, des stats déjà recensés partout, dans tous les ouvrages qui traitent du sujet. Certes, pourquoi pas, puisque le constat est de toute façon alarmant. Mais où est passée la promesse de solutions qui nous permettront vraiment d'avancer? Je n'ai pas été convaincu du tout par les solutions, bien trop faibles (oui oui, on fera attention à notre choix dans l'urne au moment de voter... mouais...).
Mais soyons constructif. Par exemple, le sujet de la (sur)population mondiale n'est absolument pas abordé, alors que les 7 milliards d'êtres humains qui aspirent à vivre comme aux USA sont la source d'absolument TOUS nos problèmes. Pourquoi? Quand et qui osera enfin dire que si nous voulons vraiment faire un geste pour la planète (et l'humanité), il faut faire moins d'enfants, tout de suite?
Limiter (au moins par le volontariat) nos procréations, ne serait-ce pas plus efficace et rapide que de se demander quel lave-linge possède le meilleur filtre à fibres textiles ? Visiblement, il y a encore des tabous chez l'écrivaine qui promettait du sans tabou...

Ensuite, l'aspect "je tape sur les gros industriels, les politiques, les lobbys" m'a irrité. C'est ça le "sans langue de bois?". Au contraire, même s'il y a évidemment une part de vrai, c'est tellement consensuel aujourd'hui ! Pour la prise de risque, on repassera. Quand l'auteur répète à tout va "Vous le saviez-vous ? Non, on ne nous l'a jamais dit à nous, les petites gens...", j'avais envie de crier "Hein? Mais si on le savait! Ca fait des années qu'on nous le dit!".

Bref, la gueguerre démagogique des "petits VS. grands", "riches VS.pauvres", "lobby VS. militants" est tellement stérile et dépassée dans le combat qui nous concerne aujourd'hui! Croire que ce sont les autres les coupables, c'est ça qui nous empêche d'avancer, d'ailleurs! On est toujours le riche/con/puissant d'un autre!
Pourquoi l'auteure n'ose pas dire que nous (les petites gens) sommes aussi irresponsables que nos dirigeants? Et qu'elle aurait dû malheureusement taper sur tout le monde si elle avait voulu faire bouger tout le monde?
Parce que taper sur les "gros" en innocentant les "petits", c'est installer ces derniers dans un cocon de candeur innocente d'où ils ne sortiront jamais. Bah oui, on est bien trop contents d'avoir un coupable désigné et de pouvoir dire "Si la planète est ravagée, c'est de leur faute à eux, tous ces gros, ces lobbys, ces politiques! Nous, on savait pas!".
Si, on savait ! Si, on participe tous à cette destruction! On est tous coupables, même ceux qui publient des livres tirés à des dizaines de milliers d'exemplaires sur le sujet (et ceux qui les achètent aussi).

Si le message passé par "l'humanité en péril" est néanmoins salutaire, j'ai enfin été très fatigué par la forme du récit. Fred Vargas a eu la mauvaise idée de vouloir être drôle (peut-être pour détendre l'atmosphère?). Mais ça n'est jamais drôle et c'est même contre-productif. Son histoire de "censeur" qui l'interrompt toutes les 5 minutes est rigolote (et encore, j'étais de bonne humeur) les 2 premières fois. Mais au bout de la troisième, ça devient vraiment très très lourd (la voix et le ton cynique de la lectrice y sont peut-être aussi pour quelque chose). Si encore ce "censeur" avait été un objecteur d'idées, ça aurait pu faire avancer le propos. Mais là, ses interventions sont totalement hors-sujet, fatigantes et inintéressantes. Le bouquin aurait été plus efficace et persuasif si justement l'auteur avait davantage parlé de son ressenti, de ses expériences. Bref, à mon avis elle avait tout faux en ayant cette idée de "censeur automatique".

Bref, je suis déçu, même si le sujet est tellement grave qu'il se fiche évidemment des quelconques déceptions de style. :)

2 personnes ont trouvé cela utile

  • Global
    5 out of 5 stars
  • Interprétation
    5 out of 5 stars
  • Histoire
    5 out of 5 stars

Eh behh...

Une réflexion claire et chiffrée sur la vérité et le monde de demain. À "lire"

1 personne a trouvé cela utile