Votre titre Audible gratuit

9,95 € / mois après 30 jours. Résiliable à tout moment.

ou
Dans le panier

Vous êtes membre Amazon Prime ?

Bénéficiez automatiquement de 2 livres audio offerts.
Bonne écoute !

    Description

    L'édition prescrite pour les Prépas scientifiques 2018-2019, incluant l'introduction et le dossier spécial : l'amour. Ils sont allongés sur des lits et parlent de l'amour et de la beauté. Leur discours se succèdent, parfois se répondent, car il y a plusieurs amours et plusieurs manières de désirer le Beau. À ces hommes vivant en un temps et un lieu où l'éducation des garçons est indissociable de la sexualité qui règle les rapports du maître et du disciple, une étrangère, Diotime, oppose un modèle féminin de transmission du savoir.

    Dans ce célèbre dialogue, Socrate énonce les étapes de l'apprentissage du philosophe capable de se détacher du monde sensible pour devenir "l'amant" par excellence qui guide "l'aimé" dans sa quête du Vrai et du Beau.

    ©2018 Flammarion. Traduit par Luc Brisson (P)2018 Éditions Gallimard

    Autres livres audio du même :

    Ce que les auditeurs disent de Le Banquet

    Notations
    Global
    • 4.5 out of 5 stars
    • 5 étoiles
      4
    • 4 étoiles
      6
    • 3 étoiles
      0
    • 2 étoiles
      0
    • 1 étoile
      0
    Interprétation
    • 4.5 out of 5 stars
    • 5 étoiles
      4
    • 4 étoiles
      6
    • 3 étoiles
      0
    • 2 étoiles
      0
    • 1 étoile
      0
    Histoire
    • 4.5 out of 5 stars
    • 5 étoiles
      3
    • 4 étoiles
      7
    • 3 étoiles
      0
    • 2 étoiles
      0
    • 1 étoile
      0

    Trier par :
    Trier par:
    • Global
      4 out of 5 stars
    • Interprétation
      4 out of 5 stars
    • Histoire
      4 out of 5 stars

    accessible à tous

    j'ai bien aimé l'écoute de ce Banquet de Platon. Le narrateur n'est ni trop monotone, ni trop sur-expressif, il comprend ce qu'il est en train de lire et cela participe à nous emmener. Cette version est précédée d'une introduction explicative et suivi d'un prologue ouvrant sur le même sujet de l'amour, Éros, traité par les philosophes post platonicien. cela permet de profiter d'une petite vue d'ensemble de la philosophie sur le sujet et de son évolution jusqu'à nos jours. j'ai parcouru durant mon écoute quelques petites perles de sagesse et des vérités profondes, mais aussi beaucoup de paroles aussi belles que peut-être inutiles, confuses, ou fausses. j'ai relevé aussi quelques sophismes, c'est-à-dire un raisonnement semblant logique, aboutissant à une conclusion erronée .. En philosophie , il me semble Bon de parfois remettre en question les termes même que nous employons où les valeurs que nous utilisons peut-être parfois arbitrairement ?... nous faisant changer de voix, comme ayant passé un aiguillage.. vers une impasse. Sans même nous en apercevoir.. on peut aussi parfois avoir le sentiment que les protagonistes s'écoutent parler, que la forme qu'ils mettent, prends parfois trop de place ou d'attention et étouffe le fond.. lorsque celui-ci est présent. Mais ceci reste intéressant puisque cela dépeint une époque et la joie , le zèle certain d'alors, de cultiver l'esprit. il est assez intéressant aussi de parcourir un univers où la pédophilie se justifie si "joliment" au côté de la philosophie, les confusion entre sexe / désir / compulsions et amour, sont alors utilisées par le biais de sophismes, pour perdre la pensée à y trouver de la beauté.. Aucun reproche ici, car l'histoire n'est pas à refaire et l'époque et le lieu voulaient ça. Il peut donc nous être étrange de faire ce chemin à leurs côtés, sans les blâmer où les rejeter et sans pourtant souscrire.. d'une certaine façon , je crois que cela assouplis l'esprit tant que l'on reste conscient que cette humanité se déroulait il y a 2400 ans, et que nous sommes ici pour l'étudier et la comprendre, mais surtout pas pour la singer. pour le reste, je prie pour que le respect de l'esprit de l'époque puisse, lui par contre, aujourd'hui encore, vibrer aussi fort pour le plus grand nombre d'entre nous.