Comment demander une augmentation en 30 jours

Hörkompass 2021
27.08.21

Bien entendu le travail ne doit pas être uniquement lié au salaire et à l’agent, mais nous sommes très nombreux à prendre en compte ce critère dans notre épanouissement professionnel. Nous n’avons pas tous la chance de vivre de notre passion, il est donc important que la paye à la fin du mois reflète à juste titre les efforts fournis au travail. En effet, de nombreux employés sous-estiment leurs compétences et ne se rendent pas toujours compte de l’impact positif de leur travail au sein de la société. Peut-être êtes-vous dans un cas similaire, ou peut-être que votre expérience au sein de votre entreprise fait de vous un pilier incontournable qui, enfin, mérite une augmentation.

Bien qu’aucun travail ne se ressemble vraiment, que chaque patron ait ses propres méthodes, et que chaque entreprise agisse avec ses propres grilles de salaires, il faut toujours tenter sa chance. Mais attention, pas n’importe comment! Il faut bien se préparer, nous vous proposons donc un challenge de 30 jours avec plusieurs étapes pour se sentir prêt, confiant, et sûr de soi.

Jour 1 à 5

Avant toute demande d’augmentation, vous devez vous assurer d’avoir fait au préalable un maximum de recherches sur votre entreprise, votre secteur, mais aussi sur vous. Ne négligez surtout pas cette étape, ce sont ces informations qui vous donneront suffisamment d’informations et d’arguments pour pouvoir facilement justifier votre demande. De plus, votre employeur comprendra rapidement que vous ne faites pas une demande d’augmentation simplement pour l’agent, mais aussi dans le cadre d’une réflexion plus profonde et réfléchie.

  • Commençons par le plus logique: êtes-vous sous-payé?
  • Le plus simple, mais aussi surement le plus compliqué, serait de vous renseigner autour de vous dans l’entreprise sur les salaires moyens de collègues ayant peu ou prou une situation identique à la votre. En effet, et surtout en France, la question de la rémunération est très taboue en entreprise, et il est souvent extrêmement compliqué de connaître les salaires des collègues, entre ceux qui ne veulent rien divulguer, ceux qui gonflent leur rémunération, ou ceux encore qui n’assument pas. Sachez qu’après tout, seul l’employeur est tenu de garder votre paye secrète, vous et vos collègues n’avez aucune restriction à la divulguer si bon vous semble. Questionner subtilement les collègues avec qui on s’entend le mieux peut tout à fait être une bonne méthode pour en savoir un peu plus. Si jamais il vous est compliqué d’obtenir la moindre information de leur part, alors il est peut-être envisageable de leur révéler votre stratégie honnêtement, vous pensez être sous-payé et vous voulez en avoir le cœur net.
  • Heureusement, d’autres solutions “externes” existent, plus ou moins fiables, pour vous aider dans votre estimation. En effet, de nombreux sites internet vous aident à évaluer où vous vous situez par rapport à votre secteur, et parfois même à votre entreprise si elle est assez importante en termes de taille. Pour connaître le salaire moyen de votre profession, Indeed propose plusieurs outils très simples d’utilisation et plutôt clairs dans l’ensemble, qui vous permettront en un coup d’œil de vous rendre compte de la rémunération moyenne de votre secteur. Essayez aussi Juritravail, qui peut compléter ou affiner les relevés d’un secteur. Un autre outil assez précis est apparu récemment, WAAGE, vous permettant de renseigner votre situation exacte et d’obtenir en même temps quelques conseils sur le gain potentiel que vous pourriez demander, se basant sur presque 700,000 salaires et positions renseignées. Enfin, pour chercher au plus proche de votre situation, c’est à dire au sein de votre entreprise, Glassdoor propose de vous comparer anonymement à vos autres collègues en renseignant vos informations. Vous pourrez d’ailleurs évaluer en ligne votre poste et votre entreprise, tout en découvrant aussi les autres commentaires de vos collègues, anciens ou actuels. Si vous souhaitez d’autres sources de comparaison, vous pouvez toujours regarder du côté de Cadremploi qui propose plusieurs outils d’évaluation de votre salaire. Attention tout de même à prendre toutes ces informations avec un peu de recul, car ces informations sont pour la plupart collectées sur le principe du déclaratif, et non grâce à des données officielles et vérifiées.
  • Ensuite, fixez-vous un objectif d’augmentation.
  • Après ces différentes recherches internes et externes, vous devriez maintenant avoir suffisamment d’informations pour être en mesure de déterminer la base minimum à laquelle vous souhaiteriez être augmenté. Cette base ne doit pas être trop élevée car c’est elle qui pourra déterminer si vous serez satisfait, ou non, de votre augmentation. Et rappelez-vous, toute augmentation est bonne à prendre, pour le moral comme pour vos finances. Ce seuil psychologique peut aussi vous aider à prendre une décision de rester ou non dans l’entreprise s’il n’est pas atteint.
  • Ce minimum d’augmentation que vous vous fixez doit être le plus subjectif possible, au regard de la valeur ajoutée que vous pensez apporter à l’entreprise, et non du pouvoir d’achat que vous désirez à la fin du mois (ou aux potentielles dettes/crédits que vous devez rembourser, car l’employeur n’est pas censé être au courant!). Point important à cependant garder en tête lors de votre réflexion: rappelez-vous qu’un recrutement d’un nouveau collaborateur coûte à l’employeur, entre les potentiels frais d’un cabinet de recrutement, l’éventuel gap temporel entre le départ et l’arrivée du remplaçant, mais aussi le temps de formation du nouvel arrivé avant qu’il soit complètement opérationnel.

Une chose est sûre, il est toujours bon d’aider votre employeur dans sa réflexion avec un maximum d’arguments en votre faveur, surtout s’il doit ensuite défendre votre cas lui-même auprès de sa hiérarchie. Alors n'hésitez pas à faire des listes de tout ce que vous avez accompli dans l’entreprise ces derniers mois ou ces dernières années, vos succès les plus probants, la bonne ambiance que vous auriez pu instaurer dans une équipe, des résultats chiffrés ou encore des projets que vous auriez pour l’entreprise.

Jour 5 à 15

Une fois vos recherches et vos listes établies, prenez les jours suivants pour vous (re)former en amont de votre demande sur plusieurs points clés, qui vous aideront à coup sûr à vous sentir serein et confiant dans votre demande, mais aussi à être prêt à toute situation qui pourrait survenir, notamment sur la partie négociation. Voici les trois grands domaines sur lesquels nous vous conseillons de passer un peu de temps:

Communication et confiance en soi

Tout au long du processus et des différents entretiens que vous pourriez avoir, il est important de pouvoir vous exprimer clairement et de transmettre vos intentions correctement. Être un bon communicant n’est pas réservé aux métiers du marketing, mais bien une compétence universelle qui ne pourra que vous aider dans l’ensemble de vos démarches, et vous fera sentir sûr de vous quelles que soient les étapes.

  • Avant toute chose, il se peut que votre première demande d’entretien ou que certains échanges se fassent par écrit, il peut donc vous être utile d’optimiser votre communication écrite, sauf si c’est un domaine que vous maîtrisez déjà aisément.
  • Ensuite, l’art de s’exprimer avec les bons mots est une qualité finalement assez rare dans l’entreprise, et il est facile de s’améliorer rapidement en prenant conscience de certaines tournures de phrases et la gestion de la parole. Découvrez “Tout s’arrange avec des mots”, un livre audio ultra-complet qui vous aidera à résoudre de nombreux points de communication dans votre vie professionnelle (et personnelle), du plus anodin au plus important.
  • L'écrit et la parole sont évidemment deux notions incontournables, mais votre corps aussi en dit long sur votre posture. N’hésitez pas à découvrir ce que votre corps dit pour vous à travers “Ces gestes qui parlent à votre place”.
  • Enfin, il est bien beau d’apprendre à bien communiquer, mais il faut avant tout avoir confiance en soi pour être crédible et convaincant. Voici un podcast qui sera une parfaite présentation sur la confiance et l’estime de soi, essentielle dans votre demande future d’augmentation. Ensuite, pour approfondir tous les aspects, voici l’un des livres audio les plus téléchargés en France: “Le pouvoir de la confiance en soi”, qui vous aidera à devenir irrésistible et audacieux dans toutes les sphères de votre vie.

La potentielle négociation

Ce n’est généralement pas la partie préférée lors d’une demande d’augmentation, mais il se peut que le montant proposé ne soit pas en phase avec votre seuil psychologique, vous pouvez alors tenter une négociation pour y parvenir. Exercice complexe et souvent redouté, il existe cependant de très bons outils et sources de conseils pour vous aider facilement. En voici quelques-uns:

  • Voici un livre audio “comment réussir une négociation” qui vous expliquera clairement en moins de 2h comment l’art de la persuasion et la confiance en soi vous seront deux armes redoutables pour être un pro de la négociation, ce qui illustre parfaitement l’importance du point précédent.
  • Dans un tout autre registre, découvrez les plus fines stratégies de négociateurs hors pairs, racontées par un négociateur du FBI lui-même dans “Ne coupez jamais la poire en deux”, un bestseller démontrant que ces techniques sont finalement valables pour toutes les situations possibles de la vie.

Réécrire son CV

Malheureusement, toutes les négociations ne sont pas toujours fructueuses, pour peu que votre boss n’ait pas les cartes en main pour l’accepter ou que l’entreprise ne soit pas en bonne santé financière. Mais est-ce peut-être un mal pour un bien? Peut-être qu’un meilleur poste vous tend les bras ailleurs? Peut-être que votre bonheur n’est finalement pas si loin? Pour le savoir, il faut commencer par remettre son CV à jour.

  • Si certains savent exactement comment s’y prendre, la plupart d’entre nous avons besoin d’un petit coup de pouce pour cet exercice où le doute subsiste toujours. Dois-je le faire sur une page ou deux? Quelles informations à mettre en avant? Dois-je oublier quelques informations de mon passé? Dois-je mettre une photo? Voici une méthode très simple: comment refaire son CV en 6 étapes.
  • Une fois que vous avez le contenu, pensez à lui donner un joli coup de pinceau, un CV graphique et bien présenté montrera toujours une meilleure facette de vous même et vous démarquera surement des autres candidats. Pas de panique, voici un outil gratuit et en ligne vous permettant de vous créer un beau CV graphique en quelques clics grâce à l’utilisation de modèles existants mais toujours personnalisables. Vous pouvez même le faire traduire si besoin.

Jour 15 à 25

Vous voilà maintenant fin prêt. Il est temps de passer aux choses concrètes.

Prendre le rendez-vous

  • La première chose à savoir: quelle est la meilleure personne à qui vous adresser en premier lieu? Chaque entreprise est différente, mais nous vous conseillons dans la grande majorité des cas de vous adresser à votre supérieur direct, qui pourrait vous en vouloir s’il comprend que vous l’avez contourné dans cette demande. Pire, il pourrait ensuite bloquer toute demande future. Cela étant, de nombreuses sociétés possèdent un service RH, et il est souvent recommandé de mettre aussi une personne de ce département dans la boucle.
  • Ensuite, comment demander? Par email? Par téléphone? En direct?
  • Le plus simple et le plus commun est en effet par email: vous laisserez une trace écrite et il pourra prendre le temps d’en prendre connaissance au moment où il aura un peu de temps. Il pourra d’ailleurs rapidement vous envoyer un rdv électronique, pour bloquer les agendas. Sinon, une demande en direct est toujours appréciée, même si vous aurez sûrement quelques questions en même temps, ce qui n’est pas idéal.
  • Quel est le meilleur moment dans l’année pour demander?
  • Peut-être savez-vous quand l’année fiscale de l’entreprise se termine? Si oui, attendez 2 mois après la fin de l’exercice fiscal, une fois que les comptes sont faits mais avant que les budgets soient votés, vous aurez probablement plus de chance d’obtenir quelque chose, partant du principe que l’entreprise n’ait pas enregistré de pertes.
  • Quel jour pour demander? Évitez le lundi, lorsque les boîtes mails sont pleines, et que l’humeur n’est pas toujours au beau fixe. Le mercredi peut être une bonne alternative, une journée souvent moins chargée, où votre boss n’aura pas encore l’esprit en weekend.

Entraînez-vous à la négociation

Avant de vous rendre à vos entretiens, n’hésitez pas à vous entraîner à la négociation en situation réelle. Nous vous avons transmis plusieurs conseils à travers des podcasts et livres audio, mais rien ne remplace l'entraînement sur le terrain. En voyage dans un pays où la négoce est légion? C’est le moment idéal pour vous entraîner à négocier sans rien lâcher. Une brocante le weekend? Bingo, négociez tout ce que vous pouvez avec vos arguments en tête. C’est un exercice qu’il faut pratiquer pour en obtenir les basiques et les automatismes. Ce TEDx peut vous aider à comprendre comment ne jamais chercher le compromis. Et avant de vous lancer dans le grand bain, pensez à jeter un œil aux 10 erreurs à toujours éviter lors d’une négociation.

Préparez vos réponses à toutes les éventualités

En effet, points de négociation ou simples demandes, votre employeur pourra vous demander plusieurs choses auxquelles vous n’auriez pas pensé. Voici une liste non exhaustive à laquelle vous devez avoir une réponse prête, tout en gardant en tête les éléments essentiels évoqués jusqu’à présent: recherches chiffrées qui jouent en votre faveur, confiance en soi, persuasion, négociation.

  • Pourquoi pensez-vous valoir ce montant?
  • Pourquoi vous et pas un autre?
  • Si on le fait pour vous, on doit le faire pour tous. Ça ne serait pas juste.
  • Ce n’est pas prévu dans le budget annuel.
  • Pouvez-vous nous le redemander dans 6 mois?
  • Quels sont vos plans si nous ne pouvons répondre favorablement à votre demande?

Jour à 25 à 30

Les derniers jours de notre méthode consistent à prendre la ou les bonnes décisions selon le type de réponse de votre employeur. Trois types de retours possibles:

  • Non - non c’est non, et non négociable. Malgré ce refus catégorique, prenez le temps de réfléchir à ce que vous avez accompli, et ce que vous auriez pu mieux faire dans vos différents entretiens. Cependant, dans le cas ou l’entreprise vous informe que ce n’est pas votre faute mais que ce n’est pas possible, pour vous comme pour personne d’autre, cela peut être un signe vous indiquant que votre futur s’écrit probablement ailleurs, dans une société qui est soit en meilleure santé financière, soit plus ouverte sur l’investissement humain.
  • Peut-être - si votre boss vous indique qu’il faut attendre encore un peu, que cela sera probablement possible mais pas tout de suite, alors il vous faut connaître ce laps de temps et la raison qui doit être justifiée: la fin de l’exercice comptable, l’arrivée d’un nouveau directeur, l’attente d’un nouveau gros contrat en cours de signature, etc. En attendant, continuez à progresser dans l’art de la négociation pour qu’il ne puisse plus jamais vous dire non à l’avenir.
  • Oui - vous n’avez plus qu’à vous féliciter vous-même! Mais n’oubliez pas de bien noter ce qui a bien fonctionné dans vos arguments et votre négociation, pour que ce succès vous aide par la suite, ainsi que vos prochaines éventuelles négociations ou recherches d’emploi à l’avenir. Mais pour l’heure, il est temps de profiter un peu de votre augmentation, vous l’avez bien mérité!


Tous les articles : Livre Audio