Votre titre Audible gratuit

9,95 € / mois après 30 jours. Résiliable à tout moment.

ou
Dans le panier

Vous êtes membre Amazon Prime ?

Bénéficiez automatiquement de 2 livres audio offerts.
Bonne écoute !

    Description

    Décembre 1967.

    La France est en surchauffe, la jeunesse gronde, Mai 68 n'est plus très loin. A Marseille, sur fond de guerre entre mafias, l'assassinat d'un militant gauchiste et la disparition d'une liste de noms peuvent laisser penser que le service d'Action civique prépare un coup.

    ©2007 Actes Sud (P)2020 Audible Studios

    Autres livres audio du même :

    Ce que les auditeurs disent de Pointe rouge

    Notations
    Global
    • 4 out of 5 stars
    • 5 étoiles
      1
    • 4 étoiles
      0
    • 3 étoiles
      1
    • 2 étoiles
      0
    • 1 étoile
      0
    Interprétation
    • 4 out of 5 stars
    • 5 étoiles
      1
    • 4 étoiles
      0
    • 3 étoiles
      1
    • 2 étoiles
      0
    • 1 étoile
      0
    Histoire
    • 3.5 out of 5 stars
    • 5 étoiles
      1
    • 4 étoiles
      0
    • 3 étoiles
      0
    • 2 étoiles
      1
    • 1 étoile
      0

    Commentaires - Veuillez sélectionner les onglets ci-dessous pour changer la provenance des commentaires.

    Trier par :
    Trier par:
    • Global
      3 out of 5 stars
    • Interprétation
      3 out of 5 stars
    • Histoire
      2 out of 5 stars

    Un après guerre bien maussade

    Des personnages bien plus sombres que pendant la guerre d'Algérie et une histoire tarabiscotée qui met en scène un trop plein de personnages interlopes.

    Martinez est muté à Marseille, poste qui aurait sans doute bien plu à ceux qui se sont retrouvés à Lille ou à Mulhouse, mais il n'aime pas Marseille et traîne son mal être tout en menant une enquête compliquée qui mêle différents milieux pendant que se déroulent les événements de 1968.

    J'ai beaucoup moins aimé ce livre qu'Alger la noire. J'en ai ressenti un fort abattement un sentiment que les personnages se laissent aller.

    PS Le narrateur a toujours autant de mal avec les les expressions locales.