Lise Bartoli : « Même si on n’est pas le thérapeute de son enfant, on peut toujours l’aider. »

postBlogFr - PortraitLiseBartoli
19.10.20

Psychologue clinicienne spécialisée en périnatalité, psychothérapeute et hypnothérapeute, Lise Bartoli est l’autrice de nombreux ouvrages et coffrets destinés au mieux-être des enfants et de leurs parents. À l’occasion de la parution en audio de son livre L’art d’apaiser son enfant pour qu’il retrouve force et confiance, qui donne de multiples conseils et aborde une quinzaine de problématiques courantes, nous avons posé quelques questions à celle qui sait faire retrouver à nos bouts de choux tous leurs superpouvoirs – en contes, en images et en douceur.

L'art d'apaiser son enfant pour qu'il retrouve force et confiance

De :
Lise Bartoli
Lu par :
Lise Bartoli, Caroline Maillard
Durée :
5:05
version intégrale Livre audio

Comment est née l’idée de ce livre ?

J’adore travailler avec les enfants. Avec eux, il faut être créatif et dans l’imaginaire, comme eux le sont. En consultation, je travaille beaucoup avec des métaphores et des contes et je constate que souvent, leurs parents ne savent pas ou plutôt n’osent pas faire la même chose. J’ai voulu créer un outil pour les aider.

Comment selon vous, un parent (non psy de métier !) peut aider son enfant à surmonter certains problèmes ?

Il faut savoir que même si on n’est pas le thérapeute de son enfant, on peut toujours beaucoup l’aider. D’abord en prenant un peu de temps avec lui ou elle, de préférence le soir avant le coucher, dans un moment où parent et enfant se détendent et relâchent… Ensuite, en utilisant certaines méthodes, à adapter selon les envies et les besoins de chaque enfant. Celles que je propose dans le livre notamment, mais pas que.

Parlez-nous de la fameuse “partie qui-sait-tout” ?

Ce que j’appelle la “partie qui sait tout” quand je travaille avec un enfant, c’est tout simplement son inconscient. Je lui explique que dans son monde magique, il y a comme un·e ami·e imaginaire, son double, un héros, un animal, une licorne, peu importe… l’enfant l’imagine. Et ce personnage sait tout de l’enfant depuis toujours, et sait surtout de quoi il ou elle est capable. L’enfant peut l’imaginer, puis lui demander de l’aide pour se sentir encore mieux. Comment faire ? As-tu une idée ? J’entends de la bouche des enfants des réponses étonnantes…! “Ma fée m’a dit que je pourrais faire ci ou ça pour me sentir mieux”. C’est bluffant. C’est leur inconscient, riche de savoirs. Il suffit d’aller le chercher.

Quelles sont les différentes pratiques proposées dans le livre ?

Je propose beaucoup de conseils, sans jamais imposer. Des pistes pour essayer de comprendre comment est venu tel ou tel problème – un manque de confiance en soi, des pipis au lit ou autre. Puis je propose des visualisations, des contes métaphoriques, une “pierre de confiance”… Différentes idées à tester et adapter.

Pouvez-vous nous expliquer comment fonctionne un conte métaphorique ?

Si vous racontez un conte à un enfant, il le prend au premier degré. Il n’analyse pas et plonge directement dans l’histoire. Mais ce conte s’adresse à son inconscient – inutile d’expliquer, de faire le lien. C’est l’inconscient de l’enfant qui fera son chemin et l’aidera. Par exemple, pour un souci de pipi au lit, on ne parlera pas d’une princesse ou d’un lion qui faisait pipi au lit, on parlera d’une rivière qui déborde. Tout est là, mais autrement. Dans le livre, je donne des contes, mais j’explique aussi aux parents comment créer les leurs, selon les besoins et les événements.

Un exemple de conte, de conseil ou de méthode qui marche particulièrement bien à nous partager ?

Oui, la métamorphose des monstres ! C’est une idée très efficace, et pourtant toute simple, dont j’entends toujours des résultats étonnants. Il s’agit d’une visualisation. Si par exemple votre enfant a peur d’un monstre, vous lui demandez de l’imaginer précisément, puis de vous le décrire. Et de là, vous lui proposez de le rendre ridicule… Tiens, si on lui ajoutait un nez rouge, ou une barrette rose, un tutu, que sais-je ! Le monstre est directement modifié, transformé et ridiculisé, et cette image va être envoyée à l’inconscient de l’enfant. Tout est dédramatisé.

Votre livre a changé des vies. Et vous, y a-t-il des livres qui ont changé la vôtre ?

Il y a énormément de livres qui ont contribué à mes connaissances aujourd’hui – bien que selon moi, rien ne vaut l’expérience personnelle. Il me serait difficile de vous en citer en particulier. En revanche, quand je ne lis pas pour me documenter ou travailler et que je suis en lecture vacances ou plaisir, je suis une grande fan des polars de Lisa Gardner, parce qu’ils sont toujours très fins, avec des personnages très fouillés psychologiquement.

Aujourd'hui, quels sont vos projets ?

J’en ai deux. L’un va sortir au mois d’octobre : “Je réveille mes pouvoirs”. il s’agit de cartes créatives s’adressant cette fois à tous les âges, même les adultes, comportant des exercices de visualisation pour se transformer, réveiller des capacités endormies ou en lesquelles on ne croit pas. L’autre est en cours, et se base sur des ateliers en visio que j’avais créé durant le confinement avec des groupes d’enfants. C’est tout pour le moment !