La servante écarlate, le phénomène dystopique de Margaret Atwood

Servante Ecarlate Livre Audio
15.09.20

Beaucoup d’entre nous l’ont découvert grâce à la série diffusée en France depuis 2017, La servante écarlate (The Handmaid’s Tale) est avant tout une série de livres, écrit par Margaret Atwood en 1985, et traduit en français en 1987. Il s’agit là d’un roman de science-fiction, que l’on peut également lier à la dystopie. Sa suite, Les Testaments, est également disponible en livre audio, et en exclusivité pour Audible ! Mais que se cache-t-il derrière un tel monument de la culture populaire ? Petit tour d’horizon d’un livre qui se prête particulièrement bien à l’audiobook !

La servante écarlate

De :
Margaret Atwood
Lu par :
Louise Bourgoin, Marie-Eve Dufresne, Vincent de Boüard
Durée :
12:56
version intégrale Livre audio

La Servante Écarlate : Résumé

La servante écarlate est le récit d’un futur dystopique, dont on imagine qu’il nous est proche. Dans la république de Gilead, la religion est au-dessus de tout, et notamment au-dessus de la politique. Au sein de ce régime totalitaire de fanatiques religieux, les femmes sont considérées comme inférieures, et sont réduites à l’esclavage, à l’asservissement. Les fertiles d’entre elles qui restent sont réduites à être des esclaves sexuelles, afin de réparer la chute de fécondité que connaît la république.

Les femmes sont ainsi divisées en classes :

  • Les Épouses, les plus puissantes, qui gèrent la maison,
  • Les Marthas, qui entretiennent le logis,
  • Les Éconofemmes, femmes des hommes pauvres,
  • Les Tantes/Servantes, dont le rôle n’est autre que la reproduction.

Ces dernières sont vêtues de rouges, et terminent cette classification. Toutes les femmes qui n’y appartiennent pas sont déconsidérées, et sont abandonnées au sein de colonies, afin de trier des déchets toxiques.

Et parmi toutes ces femmes, Defred (un surnom donné à Gilead), l’héroïne du roman, est une Servante, qui ne sert donc qu’à la reproduction. Au fil de l’histoire, on suit alors son histoire, son parcours, mais aussi ses souvenirs, de son mari Luke, en passant par Moira, sa meilleure amie, ou encore sa mère, à qui elle raccroche sans cesse sa mémoire pour tenir bon.

Dans cette austérité quasi monacale, Defred se voue à son Commandant, mais rejoint rapidement un réseau secret, dont le but n’est autre que de retrouver un semblant de liberté.

Le dernier homme: Le dernier homme 1

De :
Margaret Atwood
Lu par :
Bertrand Pazos
Durée :
11:42
version intégrale Livre audio

La genèse d’un succès

Si La servante écarlate a connu un succès retentissant dans le monde entier, il est intéressant de se pencher sur la naissance d’un projet comme celui-ci dans l’esprit de sa créatrice. Pour écrire un tel récit, Margaret Atwood s’est inspirée de différents faits historiques, qui se rejoignent tous pour former la république de Gilead que l’on peut découvrir dans l’audiobook.

Par exemple, les différentes classes, au même titre que les camps, ne sont pas sans nous rappeler la Seconde Guerre mondiale et ses camps de concentration. Rappelons que le livre fut rédigé en 1984 à Berlin. L’Allemagne et son histoire a par ailleurs joué un rôle prépondérant dans la création de La servante écarlate, puisque l’oppression, la résistance, la surveillance sont des thèmes omniprésents au sein de l’ouvrage.

De plus, les tenues rouges portées par les différents personnages qui peuplent le livre audio pourraient être rapprochées à celles de la peinture de la Renaissance, où il s’agissait parfois de la couleur des… servantes.

Il n’en reste pas moins que La servante écarlate résonne et résonnera en tout temps dans nos esprits, et c’est peut-être là sa plus belle force. C’est aussi la raison pour laquelle la phrase citée dans le livre Nolite te salopardes exterminorum ("Ne laissez pas les salopards vous exterminer") est devenue un mantra célèbre.

Captive

De :
Margaret Atwood
Lu par :
Élodie Huber
Durée :
18:00
version intégrale Livre audio

Un futur dystopique

Dans La servante écarlate, le genre de la dystopie est poussé à son paroxysme. En effet, si, au contraire de l’utopie, la dystopie est le récit d’une société imaginaire qualifiée par l’horreur, l’impossibilité de réussir, ce livre audio nous plonge pleinement dans une société dont le modèle est plein d’aspérités, et où l’égalité n’existe plus.

Margaret Atwood n’est ici pas sans nous faire réfléchir à tout ce que la dystopie implique : faut-il collaborer avec l’ennemi pour s’en sortir, ou rester fidèle à ses convictions, et résister ? Chaque personnage porte avec lui une vision de ces questionnements, que le livre audio permet de mettre en relief de la plus belle des façons.

De plus, l’idée d’un futur peut-être proche, rajoute à ce sentiment si perturbant qu’implique la dystopie, entre le malaise et la fascination. Il n’en reste pas moins que La servante écarlate est un livre profondément marquant, qui ne peut se déguster qu’en étant passionné(e). De quoi se plonger à corps perdu dans une histoire sombre, terrifiante, mais fondamentalement éclairante sur les modèles de société.

C’est la raison pour laquelle Les Testaments, suite de La servante écarlate dont l’action se passe quinze ans après, a été publiée en 2019. Trente ans après le premier récit, il y a de quoi réfléchir à l’évolution de la société. Et si finalement, le livre audio était aussi une porte ouverte vers la réflexion ?

Les Testaments

De :
Margaret Atwood
Lu par :
Bénédicte Charton, Ludmila Ruoso, Marie Bouvier, Vincent de Boüard, Marie-Eve Dufresne
Durée :
13:15
version intégrale Livre audio