Votre titre Audible gratuit

9,95 € / mois après 30 jours. Résiliable à tout moment.

ou
Dans le panier

Description

Après trente-six ans, Zuckerman l'écrivain retrouve Seymour Levov dit "le Suédois", l'athlète fétiche de son lycée de Newark. Toujours aussi splendide, Levov l'invincible, le généreux, l'idole des années de guerre, le petit-fils d'immigrés juifs devenu un Américain plus vrai que nature.

Le Suédois a réussi sa vie, faisant prospérer la ganterie paternelle, épousant la très irlandaise Miss New Jersey 1949, régnant loin de la ville sur une vieille demeure de pierre encadrée d'érables centenaires : la pastorale américaine.

Mais la photo est incomplète, car, hors champ, il y a Merry, la fille rebelle. Et avec elle surgit dans cet enclos idyllique le spectre d'une autre Amérique, en pleine convulsion, celle des années soixante, de sainte Angela Davis, des rues de Newark à feu et à sang...

Passant de l'imprécation au lyrisme, du détail au panorama sans jamais se départir d'un fond de dérision, ce roman de Philip Roth est une somme qui, dans son ambiguïté vertigineuse, restitue l'épaisseur de la vie et les cicatrices intimes de l'Histoire.

©1999 © Editions Gallimard (P)2020 ℗ Editions Gallimard

Ce que les auditeurs disent de Pastorale américaine

Notations
Global
  • 4.5 out of 5 stars
  • 5 étoiles
    23
  • 4 étoiles
    8
  • 3 étoiles
    3
  • 2 étoiles
    1
  • 1 étoile
    0
Interprétation
  • 5 out of 5 stars
  • 5 étoiles
    27
  • 4 étoiles
    4
  • 3 étoiles
    1
  • 2 étoiles
    0
  • 1 étoile
    0
Histoire
  • 4.5 out of 5 stars
  • 5 étoiles
    20
  • 4 étoiles
    8
  • 3 étoiles
    2
  • 2 étoiles
    1
  • 1 étoile
    1

Trier par :
Trier par:
  • Global
    5 out of 5 stars
  • Interprétation
    5 out of 5 stars
  • Histoire
    5 out of 5 stars

Un grand Philip Roth, et une lecture remarquable

La Pastorale américaine, titre légèrement ironique (quoique), pour le portrait d’une famille fissurée dans l’Amérique des années 60’. Toujours dans le New Jersey cher à l’auteur, qui tourbillonne dans les personnages, en particulier celui de Seymour Levov, dit « Le Suédois », à cause de sa chevelure, à qui tout semble réussir, le sport (dans sa jeunesse), les affaires, le mariage, une belle maison dans la campagne, confronté à sa fille rebelle, Merry, qui a déposé une bombe pour protester contre la guerre au Vietnam, et disparu, puis... La description que je fais ici est assez plate, mais le talent de Philip Roth fait de cette histoire une oeuvre profonde qui fouille tous les recoins d’une vie, celle de Seymour Levov, et de ses proches, tous les replis et les rebonds d’une époque, des générations, qui craque à mesure qu’avance le roman, sur le ton lyrique et par moment syncopé imprimé par l’auteur. La lecture faite par Pierre-François Garel, soucieuse de garder le ton et la tension, est magnifique. J’avais déjà beaucoup aimé ses lectures d’Illusions perdues (Balzac) et de quelques Giono (Jean le Bleu, Regain).

2 personnes ont trouvé cela utile

  • Global
    2 out of 5 stars
  • Interprétation
    5 out of 5 stars
  • Histoire
    1 out of 5 stars

tout ça pour ça?

16h à s'étaler sur l'ignominie et l'hypocrisie de l'élite américaine... est ce bien nécessaire ? Édifiant, soit, mais franchement long pour une évidence. D'autant que la narration est bien complaisante avec un personnage central qui ne vaut finalement pas mieux que les autres... en revanche, la lecture est parfaite!

1 personne a trouvé cela utile