Votre titre Audible gratuit

Les Enfants de l'aube

Durée : 3 h et 43 min
Catégories : Romans, Contemporains
4 out of 5 stars (8 notations)

Prix : 13,50 €

9,95 € / mois après 30 jours. Résiliable à tout moment.

Description

"Il s'appelle Tristan. Elle s'appelle Camille. Ils ont trente ans... à eux deux. Ils vont s'aimer follement, puis mourir trop tôt, sans doute d'avoir trop aimé. Ces deux héros et leur petit garçon, Alexis, m'accompagnent depuis mes 17 ans."

"On n'est pas sérieux quand on a 17 ans", disait Rimbaud. C'est à cet âge-là que j'ai écrit Moia Bieda, devenu Les Enfants de l'aube. Et un premier livre dans la vie d'un écrivain, ça compte !
L'auteur
Présentateur vedette du journal télévisé d'Antenne 2 puis de TF1 pendant vingt huit ans, également écrivain, Patrick Poivre d'Arvor a déjà publié une cinquantaine d'ouvrages, co-écrits pour certains avec son frère Olivier. Que ce soit dans l'écriture, à la radio, ou à la télévision, Patric Poivre d'Arvor sait capter l'attention de son public et s'attache à lui communiquer son goût de la culture.
©1982
et (P)201 0

Critiques

La presse en parle
"L'aventure va être sublime : violente comme certains passages de la Septième Symphonie de Beethoven, douce comme un lac scandinave."
François Cérésa, Le Nouvel Observateur

Autres livres audio du même :

Narrateur

Ce que les membres d'Audible en pensent

Notations

Global

  • 4 out of 5 stars
  • 5 étoiles
    5
  • 4 étoiles
    1
  • 3 étoiles
    1
  • 2 étoiles
    1
  • 1 étoile
    0

Interprétation

  • 5 out of 5 stars
  • 5 étoiles
    3
  • 4 étoiles
    1
  • 3 étoiles
    0
  • 2 étoiles
    0
  • 1 étoile
    0

Histoire

  • 4 out of 5 stars
  • 5 étoiles
    3
  • 4 étoiles
    1
  • 3 étoiles
    0
  • 2 étoiles
    1
  • 1 étoile
    0

Trier par :
Trier par:
  • Global
    3 out of 5 stars

Quelques fulgurances et du sexe

Dans le titre de ma critique, j'ai essayé de retranscrire au mieux le sentiment qui m'habitait à l'issue de l'écoute de cette oeuvre. Car, oui, j'ai apprécié la beauté de certaines scènes simplement mais brillamment décrites, où transparait toute la fragilité de la vie de ces enfants de l'aube au travers de leur amour total, absolu mais voué
à la tragédie. Le passage sur l'ascension jusqu'à un monastère perdu au sommet des Alpes suisses est, à cet égard, remarquable, notamment dans la métaphore qu'il recèle. En revanche et sans faire preuve d'aucune pudibonderie, la litanie répétitive de scènes de sexe m'a agacé car, outre leur récurrence avec un jalonnement persistant tout au long du roman, elles sont généralement amenées, à mon sens, de manière maladroite. Entre la mièvrerie bigote et la crudité outrancière, il y a sans doute une troisième voie que l'auteur n'a, selon moi, pas réussi à prendre. Dommage car ce roman apporte un joli vent de fraicheur et donne envie de creuser un peu plus la bibliographie de l'auteur. Quant à la narration, elle est excellente, PPDA trouvant le ton juste et déroulant sa partition avec chaleur et conviction.