Gratuit avec l’offre d'essai

  • Une souffrance inaudible. Quand le corps est une entrave

  • Transfert 88
  • De : slate.fr
  • Lu par : slate.fr
  • Durée : 41 min
  • 4,5 out of 5 stars (26 notations)

Prix : 0,00 € ou 1 crédit audio

Prix avec réduction : 0,00 € ou 1 crédit audio

Acheter pour 0,00 €

Acheter pour 0,00 €

En finalisant votre achat, vous acceptez les Conditions d'Utilisation. Veuillez prendre connaissance de notre Politique de Confidentialité et de notre Politique sur la Publicité et les Cookies.
Les membres Amazon Prime bénéficient automatiquement de 2 livres audio offerts chez Audible.

Vous êtes membre Amazon Prime ?

Bénéficiez automatiquement de 2 livres audio offerts.
Bonne écoute !

    Description

    Vous avez toujours rêvé de connaître les péripéties secrètes du couple de vos bruyants voisins, ce qui a transformé la personnalité de votre cousin, la raison pour laquelle votre collègue n'arrive plus à faire confiance à personne. Toutes les deux semaines, Transfert vous raconte une histoire vraie, excitante, prenante, émouvante, et en creux le monde moderne et ceux qui l'habitent.

    Épisode 88 :

    Deux souvenirs se rejoignent. L’un quand je suis allée me faire tatouer pour la première fois, et que j’ai demandé à ma tatoueuse si j’allais souffrir: elle m’a dit les femmes n’ont jamais mal pour de si petits tatouages, on est bien plus habituées à la douleur, il n’y a que les hommes qui trouvent ça douloureux.

    L’autre souvenir est celui d’une conversation il y a des années avec un homme qui me disait que je jurais et que ce n’était pas très féminin. J’avais dit: "Ça veut dire quoi féminin ?". Il n’avait pas bien su répondre et dans ma tête je me disais que je ne saurais pas bien non plus. Si on me reposait la question aujourd’hui, de ce qu’est la féminité, je répondrais que c’est une souffrance discrète. Une manière d’accepter une souffrance normalisée sans faire de bruit, gentiment, joliment.

    C’est un lieu commun chez les féministes de dire que si les hommes accouchaient on aurait découvert la péridurale bien plus tôt et elle serait plus commune dans le monde entier. On trouve normal que les femmes souffrent, on trouve gênant qu’elles s’en plaignent trop. Mais jusqu’où peut-on s’aimer dans sa féminité quand elle est associée à la douleur?

    Dans cet épisode, Marion raconte comment elle a réussi à se réconcilier avec sa féminité, au micro d’Agathe Le Taillandier.

    Cet épisode a été mixé par Jean-Baptiste Aubonnet. La musique est de David Aknin. Maureen Wilson était à l’édition et à la coordination.

    ©2019 slate.fr (P)2019 slate.fr

    Ce que les auditeurs disent de Une souffrance inaudible. Quand le corps est une entrave

    Moyenne des évaluations utilisateurs. Seuls les utilisateurs ayant écouté le titre peuvent laisser une évaluation.
    Global
    • 4.5 out of 5 stars
    • 5 étoiles
      20
    • 4 étoiles
      2
    • 3 étoiles
      2
    • 2 étoiles
      0
    • 1 étoile
      2
    Interprétation
    • 4.5 out of 5 stars
    • 5 étoiles
      15
    • 4 étoiles
      1
    • 3 étoiles
      0
    • 2 étoiles
      2
    • 1 étoile
      1
    Histoire
    • 4.5 out of 5 stars
    • 5 étoiles
      13
    • 4 étoiles
      2
    • 3 étoiles
      3
    • 2 étoiles
      0
    • 1 étoile
      1

    Commentaires - Veuillez sélectionner les onglets ci-dessous pour changer la provenance des commentaires.

    Trier par :
    Trier par:
    • Global
      1 out of 5 stars
    • Interprétation
      1 out of 5 stars
    • Histoire
      1 out of 5 stars

    Sans intérêt

    J’ai vraiment eu du mal à dépasser les 10 min. J’ai trouvé peu d’intérêt à cette histoire