MEMBRE

Ignatius

  • 7
  • critiques
  • 2
  • votes utiles
  • 13
  • notes

Merveilleux !

Global
5 out of 5 stars
Performance
5 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 28/09/2019

C'est mon deuxième livre de Romain Gary et c'est un nouveau chef d'oeuvre que j'ai découvert !
Je ne dirai rien de l'histoire, mais je suis ébloui par la souplesse de Gary, qui après La Promesse de l'Aube, l'autre livre que j'ai lu-ecouté de sa plume, signe une œuvre très différente, jonglant poétiquement avec les fautes de français de son jeune conteur. On y retrouve finalement l'essentiel, l'humour, l'humanité, ce regard incisif et bienveillant, mais aussi cet art de suggérer plus que de dire et cette langue merveilleuse qui s'adapte toujours avec perfection au propos.

J'emploie rarement cette expression que je trouve galvaudée mais cette œuvre est d'une incroyable modernité !

Les comédiens sont fabuleux et notamment celui qui incarne Momo le jeune narrateur.

Il s'agit apparemment d'une version raccourcie, ce qu'on ne peut que regretter (on en aurait bien pris un peu plus), mais cela ne se ressent pas pour qui n'a pas lu l'original.

Agréable lecture

Global
4 out of 5 stars
Performance
4 out of 5 stars
Histoire
4 out of 5 stars

Rédigé le : 24/09/2019

Sans être d'une grande originalité, l'histoire s'écoute agréablement. On ne tombe cependant pas dans les travers des romans de gare, les personnages sont assez nuancés, et le contexte historique, quoique très sombre, n'est pas caricaturé.
La lecture est bonne mais pas parfaite, quelques petites fautes de liaisons et de prononciation, des intonations pas toujours heureuses par volonté de mettre de l'emphase. Mais je chipote un peu, le lecteur est bon.
Je pense lire la suite, et je précise que je suis plutôt un lecteur difficile.

Personnage de roman...

Global
5 out of 5 stars
Performance
5 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 17/09/2019

Savoir que ce récit est une histoire vraie est beaucoup plus fort qu'une création romanesque. Si cela avait été un roman on aurait presque trouvé le personnage un peu trop caricatural.
On finit par s'attacher à ce petit revanchard gris, teigneux et génial qui joue sa destinée dans une sorte de roulette russe permanente dont il essaierait de truquer l'issue.
C'est passionnant, mais c'est surtout amusant, par le biais d'un humour de répétition : on sourit de retrouver à chaque nouvelle scène notre "héros" dans ses travers habituels. On finit par l'aimer, lui le falot, le laid, le malingre, l'aimer de prendre sa revanche - la nôtre - sur ces César imbus de leur puissance, dédaigneux de la sienne, trop sinueuse, trop sournoise.
On comprend que lui tue par dépit, acculé, contrariant une nature plus douce que son histoire ne le laisse à penser, alors que ces "Grands" auxquels il se confronte considèrent ces milliers ou millions de morts comme les pavés de la route qui les conduit à leur destin grandiose : on roule dessus sans en faire cas.
C'est évidemment bien écrit (et bien lu), même si j'émets une petite réserve sur une certaine lourdeur de Zweig à ressasser sa thèse de l'opportuniste amoral, alors que le récit en est une éclatante démonstration !
Sans doute un travers stylistique de l'époque.

1 sur 1 personne(s) ont trouvé cet avis utile.

L'horreur avec pudeur

Global
5 out of 5 stars
Performance
5 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 12/09/2019

Je craignais un peu la lecture de Raphaël Enthoven que je trouve pédant dans ses chroniques.
Mais il a su lire avec sobriété ce texte passionnant et littéraire plein d'une incroyable pudeur.
L'interview de l'auteur par Philippe Roth ne m'a pas passionné, et l'entretien avec Raphaël Enthoven non plus.

J'ai persévéré mais j'aurais pas du....

Global
2 out of 5 stars
Performance
3 out of 5 stars
Histoire
2 out of 5 stars

Rédigé le : 04/08/2019

Personnages niais, récit stéréotypique de la quête façon "seigneur des anneaux", ou la modernité consiste à introduire une jeune femme tout aussi stéréotypique. Aucun souffle, un enchaînement de clichés du genre, même pas un peu emballants. Des ressorts scénaristiques vus et revus.
Des dialogues ou les garçons sont totalement idiots mais gentils et les filles un peu moins bêtes mais pas au point d'être intéressantes.

Bref je vais pas en faire 12 pages : je me suis ennuyé, pas dramatiquement, mais j'ai passé de longues heures à attendre que ça démarre pour conclure vers la moitié que le roman avait bien démarré mais pas moi. Je ne peux donc pas me targuer d'une critique intégrale, mais on ne bâtit pas un bon livre sur des bases aussi fades.

1 sur 3 personne(s) ont trouvé cet avis utile.

Agréable mais...

Global
3 out of 5 stars
Performance
4 out of 5 stars
Histoire
3 out of 5 stars

Rédigé le : 01/07/2019

J'avais beaucoup aimé Esperanza 64 tout en étant un peu gêné par de gros défauts : style très très basique, quelques fautes de français, personnages un peu cul-cul la praline et dialogues un peu niais. Cependant l'histoire s'avérait tellement passionnante que le premier opus fut très agréable à lire.

Mais dans ce deuxième tome, les relations humaines prenant le pas sur l'aventure, les défauts cités plus haut sont devenus beaucoup plus gênants. Les personnages n'ont qu'un seul juron le mot "purée"..., ils partent dans des supputations douteuses sur les mystères qui se présentent à eux dont finalement l'une d'entre elles s'avèrent être là bonne contre toute probabilité. Enfin les caractères deviennent toujours plus caricaturaux, Neil est toujours plus décérébré, la commandante plus implacable et violente, et Elisabeth faussement gentille, cautionnant l'inacceptable avec quand même des problèmes de conscience histoire de la rendre humaine.
Au final c'est là un des points embarrassant du roman, l'auteur présente intelligemment la difficulté à rebâtir une société, mais il n'a finalement rien d'autre à proposer que la bonne solution c'est ça et que ceux qui ne suivent pas crèvent. Jamais on ne sent la volonté de rebâtir à partir d'un projet commun, porté et enseigné à tous. Nous sommes tous trop humains pour réfléchir, heureusement qu'Elizabeth et la commandante sont là pour ça.
Au final je trouve que Julien Centaure est un très bon scénariste, mais pas encore un écrivain, j'ai cependant adoré le premier tome, moins ce second.

Un destin forgé par l'amour infini d'une mère

Global
5 out of 5 stars
Performance
5 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 23/06/2019

Merveilleux livre qui m'a fait découvrir Romain Gary!
Je trouve que la littérature n'est qu'ennui quand elle n'est pas servie par de petits plaisirs pour la rendre moins abrupte. Ici l'auteur nous cajole par son humour pince sans rire, par la finesse de bout en bout du récit.
Le roman est merveilleusement construit et la fin scelle ce chef d'œuvre littéraire que j'ai eu plaisir à écouter de bout en bout grâce à la meilleure lecture que j'ai eue à entendre jusqu'ici, juste parfaite. Merci !