MEMBRE

Delannoy Franck

  • 10
  • critiques
  • 5
  • votes utiles
  • 11
  • notes

Stephen King, maître conteur

Global
5 out of 5 stars
Performance
4 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 10/05/2019

Plus que jamais, King nous démontre a quel point il sait être captivant. Il nous parle de ses influences majeures en terme de cinéma, de radio et de divertissement. On plonge avec lui dans ses souvenirs, souvent drôles, souvent pertinents, toujours intéressants. Il a une façon bien à lui de résumer certaines histoires et d'apporter une petite touche très personnelle d'ironie. Plus que jamais, en l'écoutant, on aurait envie d'être dans une maison au fond du Maine alors que souffle la tempête et que le vent secoue les volets pour s'inviter chez vous. Et, une fois au fond de votre lit, si vous entendez des bruits étranges qui proviennent de l'armoire, pas d'inquiétude, ce ne sont que des chats-huants, le son porte loin par ici...

Rien n'est simple, tout se complique.

Global
5 out of 5 stars
Performance
5 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 10/05/2019

Bienvenue a Santa Mondega. Ses vilains aux gueules d'échappés d'un film de Sergio Leone, Sanchez, ses tueurs a gages mais aussi ses clowns vampires, Sanchez, ses loups-garous rappeurs et maintenant sa foutue momie !
Quoi d'autre... Une pincée de satanistes, Sanchez, une scène d'anthologie dans une église avec Sanchez, le Graal, Elvis, des flics pourris qui embêtent Sanchez et le Bourbon kid.
Je peux pas résumer. Lisez. Je termine ce bourbon et je suis à vous.
Je vous ai dit qu'il y avait Sanchez ?

Zombies, musique et Sanchez !

Global
5 out of 5 stars
Performance
5 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 24/04/2019

Et les revoilà ! Toute la fine équipe ou presque se retrouve dans un hôtel de luxe pour un concours de talents carrément mortel ! Il s'appelle "Back from the dead" (Retour entre les morts) mais pour beaucoup, ce sera juste un aller simple. Les voix sont excellentes, comme toujours, l'histoire va crescendo et les salopards tiennent toutes leurs promesses. Et bon dieu, que c'est drôle ! A écouter avec un pot-pourri de rock’n’roll pour passer un très bon moment !

Affreux, crevards, salopards... Bienvenue !

Global
5 out of 5 stars
Performance
5 out of 5 stars
Histoire
4 out of 5 stars

Rédigé le : 24/04/2019

Santa Mondega, charmante petite ville qui concentre un taux exceptionnel de raclures, de parfaits salopards et d'infects personnages. Vous avez l'embarras du choix entre les violeurs, les vampires, les incompétents, un barman en surpoids mal embouché et une poignée de tueurs psychopathes. C'est totalement invraisemblable, extrêmement ordurier, plein de rebondissements, bourré d'humour, foutrement rock'n'roll et magnifiquement interprété par Nicolas Justamon. Il cherche un peu sa voix pour le Kid (elle est parfaite dans le tome 3) mais tous les autres sont instantanément saisis dans leur caractère. La voix d'Elvis et celle d'El Santino font partie de mes préférées. Quelques baisse de régime dans l'histoire mais ça nous permet de souffler entre 2 coups de flingues et 3 verres de bourbon. A lire sans modération.

Dans ce bazar, on devrait solder le narrateur.

Global
3 out of 5 stars
Performance
1 out of 5 stars
Histoire
3 out of 5 stars

Rédigé le : 25/02/2018

Voudriez-vous changer quoi que ce soit à ce livre ?

Oui, le narrateur. Lemmy Constantine a une voix plaisante sauf pour les noms propres. Il les triture et les déforme, on a l'impression d'entendre le nom se faire plumer vif comme une oie. Et nos tympans en souffrent. C'est une abomination, vraiment.

Qu'auriez-vous pu changer à l'histoire pour la rendre plus agréable ?

Ce n'est pas une histoire mais DES histoires. De qualité assez inégale. J'ai du attendre la moitié du bouquin pour vraiment commencer a retrouver le King que j'aime lire. Un conseil, ne vous laissez pas rebuter par les premières histoires. "Ur", "Herman Wouk est toujours en vie (histoire qui m'a pas mal remué) voire "Le petit dieu vert de l'agonie" sont des pépites qui rattrapent largement les autres.

Qu'est-ce que vous n'avez pas aimé dans la performance de Lemmy Constantine ?

Sa façon tellement accentuée de prononcer et d'américaniser les noms propres qu'elle oscille entre le grotesque et l'insupportable. Surtout que je suis amateur de films en vost et que même les anglophones n'ont pas un accent aussi bizarre.

Souhaiteriez-vous voir Le bazar des mauvais rêves adapté au cinéma ou à la télévision ? Qui choisiriez-vous comme acteurs ?

Vu le format, c'est inadaptable. Soit il ne se passe pas grand-chose, soit c'est trop court pour excéder le format très court métrage.

Avez-vous d'autres commentaires ?

Comme l'a signalé un autre auditeur, Lemmy a aussi commis "Revival". Je pense que je vais éviter de gaspiller un crédit pour écouter celui-là. Déjà que je ne suis pas sûr de tenir jusqu'au bout du "Bazar"...

1 sur 2 personne(s) ont trouvé cet avis utile.

Stephen King, vous l'aimez, il vous aime...

Global
4 out of 5 stars
Performance
4 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 25/02/2018

Ecouteriez-vous à nouveau ce titre ? Pourquoi ?

Je ne pense pas. Les histoires sont presque toutes géniales mais les narrateurs...

Avec quel autre livre pouvez-vous comparer Nuit noire, étoiles mortes ? Expliquez pourquoi.

Difficile de comparer. Les histoires sont inégales qui plus est, de mon point de vue. "Heureux ménage" et "Grand chauffeur" sont des pépites. Extension claire est un condensé réjouissant de bassesse humaine. Quant à "1922", j'ai jamais pu accrocher.

Qu'avez-vous aimé de la performance de Mathieu Buscatto and Anne-Sophie Nallino ?

Ben justement, c'est là que pour moi, le bât blesse. Pas assez impliqués, ils ne font pas spécialement vivre les personnages. La technique est correcte mais il manque l'âme, les accents, les voix diverses qui donnent vie aux personnages. Et quels personnages ! On aurait pu se régaler avec certains des monstres qui hantent ses pages. Or là, ben, on écoute poliment, on suit l'histoire mais on est pas pris dedans.

Avez-vous pu avoir une réaction excessive concernant ce livre ? Est-ce qu'il vous a fait rire ou pleurer ?

Souvent avec King, on ne peut s'empêcher de sourire même dans les moments les plus noirs. Encore une fois, certains personnages sont délectables et les répliques font mouche.

Avez-vous d'autres commentaires ?

Des différents narrateurs qui ont lu du King, ceux là ne se classent clairement pas parmi mes préférés.

Je veux la Touuuuur...

Global
4 out of 5 stars
Performance
4 out of 5 stars
Histoire
4 out of 5 stars

Rédigé le : 25/02/2018

Ecouteriez-vous à nouveau ce titre ? Pourquoi ?

Non, je ne crois pas. Comme signalé dans une critique précédente, je suis un fan de King, et j'ai lu les 3 premiers tomes un nombre indécent de fois. Là, c'était en guise de friandise auditive, pas vraiment une découverte. Et puis l'accent de Detta Wa'ker, c'est un peu fatigant à la longue. Pas la faute de Jacques Frantz, c'est King mais à force, ça vous vrille le cerveau.

Quel était le moment le plus mémorable de Les trois cartes (La Tour Sombre 2) ?

La rencontre entre Roland et les homarstruosités. J'ai adoré l'accent traînant et gargouillant de Jacques Frantz pour leur donner vie. Est-ce que chuque ?

Avez-vous pu écouter l'une des performances de Jacques Frantz auparavant ? Quelle comparaison pouvez-vous faire ?

Il a lu du Vargas, il y a longtemps. Vu que le bonhomme a du métier et de l'expérience, ça reste toujours aussi plaisant. A un détail près, horripilant, cette espèce d'accent qu'il prend pour les noms des personnages. Roland devient "Wolande" voir "Wolante". Et "Detta Walker" devient "Detta Wa'ker". C'est dur de pas grincer des dents à chaque fois qu'il les cite et manque de pot, ce sont les personnages principaux.

Si vous faisiez une adaptation de ce livre audio au cinéma, quel en serait le slogan ?

Le tome 1 a été "adapté". C'était du grand n'importe quoi. Le tome 2 subirait certainement un sort encore plus humiliant. Surtout vu le nombre de scènes embarrassantes pour les braves gens de maintenant. Entre le langage fleuri et caricatural d'Odetta et Eddie le grand et éminent junkie obligé de se battre l'arme au poing et la virilité au vent, ça serait mignon à voir tiens.

Avez-vous d'autres commentaires ?

Ce sera tout pour le moment, merci.

Une beau titre mais un rien trompeur.

Global
4 out of 5 stars
Performance
5 out of 5 stars
Histoire
4 out of 5 stars

Rédigé le : 25/02/2018

Recommanderiez-vous ce livre audio à un ami ? Expliquez pourquoi.

Vu que c'est le tome 6, l'ami en question a intérêt a avoir lu les 5 premiers s'il ne veut pas s'enfuir en hurlant devant la multiplicité des personnages et le foisonnement des intrigues.

Avec quel autre livre pouvez-vous comparer Intrigues à Port-Réal (Le Trône de fer 6) ? Expliquez pourquoi.

Difficile de le comparer avec les autres. Pour ma part, je l'ai trouvé plutôt faiblard. Il a été avalé comme les (braves) copains mais il ne m'a pas laissé une impression durable. D'ailleurs, je crois que ce tome a été rebaptisé "Les brigands", ce qui est plus honnête que ces fameuses intrigues dont on ne voit guère la couleur.

Avez-vous pu écouter l'une des performances de Bernard Métraux auparavant ? Quelle comparaison pouvez-vous faire ?

Vi, toute la série des GoT depuis le début. Lui est toujours aussi époustouflant, il maîtrise ses personnages, la diction, le souffle, les intonations. On en pleurerait de bonheur.On peut voir l'évolution des personnages, notamment Rob qui est au début un gros balourd verbal mais qui va s'affiner et gagner en gravité.

Y-a-t-il eu un moment du livre qui vous a particulièrement touché ?

Je dirai bien la findu livre, car j'étais soulagé d'y arriver mais ce serait cruel et vaguement mesquin, même la reine Cersei ne s'y abaisserait pas, c'est dire.

Avez-vous d'autres commentaires ?

Vu la taille des pavés écrits par le sieur Martin, il a forcément des passages un peu plus faiblards. Celui là en était un. A contrario, l'épée de feu est plus palpitant et plus agité. Et pourtant, ils font tous les deux partie d'un seul et même volume.

2 sur 2 personne(s) ont trouvé cet avis utile.

Viens flotter avec nous...

Global
5 out of 5 stars
Performance
5 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 25/02/2018

Si vous pouviez résumer Ça 1 en trois mots, lesquels seraient-ils ?

Culte.
Époustouflant.
Nostalgico-horrifique.

Avec quel autre livre pouvez-vous comparer Ça 1 ? Expliquez pourquoi.

Ça est évidemment unique par bien des aspects. A la rigueur, je peux citer "Nuit d'été" de Dan Simmons qui repose sur quelques points communs (gamins, entité maléfique) mais là ou King digresse, s'étale et se plaît a parler de tout et de rien, Simmons est plus sec, parfois plus violent mais moins généreux en petits détails inutiles mais prenant. Là ou Simmons nous offre un caramel, King nous refile une boîte de pop-corn 3XL avec un litre de soda cream.

Avez-vous pu écouter l'une des performances de Arnaud Romain auparavant ? Quelle comparaison pouvez-vous faire ?

J'écoute beaucoup de livres audio. J'ai découvert Arnaud Romain avec "Ça" et je l'ai trouvé parfait. La voix de Grippe-sou est juste flippante.

Avez-vous pu avoir une réaction excessive concernant ce livre ? Est-ce qu'il vous a fait rire ou pleurer ?

Rire, oui. Trembler aussi. Et certaines scènes sont tellement bien décrites qu'on en à la frousse en y repensant. Une momie sur un canal gelé ou un lépreux sans nez sont des invités qui se logeront pour longtemps dans votre tête.

Avez-vous d'autres commentaires ?

Étant un des (nombreux) fan de King, j'ai toujours adoré ce bouquin pour cette capacité a faire revivre nos souvenirs d'enfance, les jeux, la bande de copains, les petites brutes... Plus le monde qui les entourait, une autre Amérique, morte et enterrée dans les égouts depuis belle lurette mais qui sent bon la nostalgie. Cette ambiance se retrouve dans 22/11/63, autre adaptation audio remarquable avec, en bonus, un fan-service réjouissant.
En bref, le bouquin est sensationnel, le narrateur aussi. Alors certes, il y a parfois des longueurs mais à côté de ça, certaines scènes valent le détour par Derry et plutôt 2 fois qu'une !

Et vous boirez le calice jusqu'à la lie...

Global
5 out of 5 stars
Performance
5 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 25/02/2018

Si vous pouviez résumer L'épée de feu (Le Trône de fer 7) en trois mots, lesquels seraient-ils ?

Coups bas, perfidies et style littéraire.

Quel était votre caractère favori et pourquoi ?

Demandez plutôt qui l'on préfère détester, ce sera plus facile. Dans mes favoris, j'ai Varys l'eunuque onctueux, Daenerys qui ne s'en laisse pas conter (mais avec 3 dragons, c'est assez facile) et, évidemment, Tyrion. Le malheureux s'en prend plein la figure. Déjà qu'il n'était pas gâté par la nature, il a toujours droit à du rab'.

Quelle était votre scène favorite ?

Difficile d'en parler sans éventer un morceau d'intrigue. Quand on a le malheur de lire les bouquins au lieu de regarder la série, il faut devenir sourd et aveugle pour esquiver les spoils qui tombent dru. Néanmoins, quand Sandor Clegan (le limier) parle c'est à la fois ordurier, juste et assez drôle. J'aime beaucoup.

Avez-vous pu avoir une réaction excessive concernant ce livre ? Est-ce qu'il vous a fait rire ou pleurer ?

Rire, souvent, grâce a Tyrion et son sens de la répartie. Certaines tournures de phrase me font sourire aussi. Pleurer ? Sur qui ? Cersei ? Joffrey ? Le gros geignard Samwell Tarly ??

J'ai entendu pis que pendre sur la traduction de Jean Sola mais pour ma part, je me régale. Et je suggère a tous les piailleux qui le critiquent de venir se frotter à la traduction de ces pavés. Je serai curieux de les voir se dépatouiller des termes médiévaux, vestimentaires et autres joyeusetés de tournures de phrase qui donnent cette musicalité si particulière.

Avez-vous d'autres commentaires ?

Il serait criminel de ne pas saluer bien bas le travail époustouflant, remarquable et d'une qualité égale du chevalier Bernard Métraux, sire de Voix Ténébreuse. Je suis tombé dans Games of thrones grâce à lui et chaque volume est un pur régal. On arrive illico a différencier les protagonistes rien qu'a leur façon de parler et que lui même se souvienne quelle intonation prendre pour chacun au vu du foisonnement de personnages, cela relève du tour de force. Même Hodor arrive à avoir son identité propre (Hodor ! Hodor ! Hodor !), c'est dire. Donc pour se résumer, on a le plaisir d'un pavé auditif délectable qui s'écoute avec un plaisir encore jamais démenti.

2 sur 2 personne(s) ont trouvé cet avis utile.