MEMBRE

Pierre Gauthier

  • 175
  • critiques
  • 145
  • votes utiles
  • 187
  • notes

Fascinating!

Global
5 out of 5 stars
Interprétation
5 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 09/08/2020

This book tells with significant detail how Fidel Castro and his fellow rebels managed against all odds to take power in Cuba in 1959.

Clearly, this follows from an enormous amount of research: documents have been found and read (or watched in certain cases), interviews with survivors have been made, sites have been visited, etc.

The work is very professionally written and the narrative flows in chronological order, apparently naturally and effortlessly.

For the reader, the only shortcoming that may be fathomed is that he or she may wish that there were even more material. The book concentrates on the rebels and it might have been interesting to learn more about Fulgencio Batista’s perceptions and doings or about the US government’s evolving appreciation of things. Also, the book ends with the Revolution and does not go on to tell about the vagaries of decades of power by Castro.

In a different vein, cameo appearances by Errol Flynn and Ed Sullivan are enjoyable surprises.

Exceptionnel!

Global
5 out of 5 stars
Interprétation
5 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 08/08/2020

Voilà un roman magnifique et extrêmement bien écrit. Il permet de suivre l’évolution de personnages substantiels et en plus d’introduire le lecteur à un lieu et une époque méconnus : la Sicile au moment de l’unification de l’Italie.

Chaque chapitre correspond à une époque précise de l’évolution d’une famille noble et en particulier du pater familias. Ce personnage principal est très bien développé et devient attachant, malgré ses défauts. Le lecteur est aussi choyé par des descriptions fort évocatrices des autres protagonistes, des bâtiments, des paysages, du caractère sicilien, etc.

La narration, excellente, semble couler de source et met en valeur le texte qui est excellemment traduit de l’italien.

Le tout est éminemment recommandable … et donne l’envie de visiter la Sicile.

Hargneux et déprimant!

Global
1 out of 5 stars
Interprétation
4 out of 5 stars
Histoire
1 out of 5 stars

Rédigé le : 02/08/2020

Ce roman a été publié en 1871, tout de suite après la chute du Second Empire, la défaite contre la Prusse et la perte pour la France de l’Alsace-Lorraine.

L’auteur y mène une charge à fond de train contre l’esprit des affairistes qui ont contribué à la modernisation et à la transformation de Paris sous Napoléon III, sans savoir bien sûr que les travaux Haussmanniens se poursuivraient sous la IIIe République, par exemple quant au percement de l’avenue de l’Opéra.

Les personnages qu’il présente sont si unidimensionnels qu’ils frisent la caricature : Saccard ne vit que pour faire du profit et étaler ses richesses, son épouse Renée s’ennuie dès le premier chapitre et continue jusqu’au dernier, son fils Maxime semble dénué de toute volonté et se laisse porter par les flots tout au long du roman.

La plupart des autres personnages se limitent presque seulement à un nom que l’on répète au fil des événements mondains auxquels ils participent. Certains, comme la fille de Saccard, disparaissent tout bêtement sans laisser de trace.

Globalement, toute cette société est décrite comme étant pourrie jusqu’à la moelle, sans aucune composante positive. L’auteur y met un acharnement aveugle. Craignait-il un retour de ce régime déjà passé et tenait-il à la discréditer irrémédiablement? Chose certaine, son discours n’est aucunement constructif … et extrêmement déprimant à lire aujourd’hui.

Certains éléments positifs sont tout de même à signaler :

• la ville de Paris en transformation est presque un personnage du roman et les descriptions qu’on en fait et les parcours qu’on y décrit sont d’intérêt pour quiconque s’intéresse à son évolution urbaine;
• un tel ouvrage est beaucoup plus digeste en version audio qu’en version écrite;
• l’alternance dans cette version audio entre deux narrateurs, l’un féminin, l’autre masculin (avec, comme Saccard, un accent méridional fort prononcé) ainsi que l’insertion de courts interludes musicaux ajoutent à son intérêt.

Overdone!

Global
3 out of 5 stars
Interprétation
3 out of 5 stars
Histoire
3 out of 5 stars

Rédigé le : 27/07/2020

The author of this book is a sleep science researcher.

His work is intended to stress the importance of sleep and its benefits.

Though his claims are probably not unfounded, they appear excessive as sleep is presented as a universal remedy that can prevent cancer, heart ailments, Alzheimer’s disease, etc. It is also held out as the essential contributor to creativity, memory and even physical prowess, both for athletes and musicians.

Given the countless repetitions in the book, many may find that such urging is counter productive rather than convincing.

In addition, the author strangely states that lost sleep cannot be recovered. Why, then, should anyone bother to endeavour to improve his sleep hygiene if he is already doomed?

The book was also written before Fitbit type trackers were common so they are not discussed as such, only anticipated with a surprising assertion that they should be linked to bedroom thermostats.

For specific help with respect to better sleeping, please note the author refers his readers to the National Sleep Foundation.

Entertaining!

Global
4 out of 5 stars
Interprétation
5 out of 5 stars
Histoire
4 out of 5 stars

Rédigé le : 19/07/2020

Narrated or rather performed by the author, this work tells of his childhood in post apartheid South Africa. It is more often funny than touching but certainly succeeds in maintaining the listener’s interest.

The memoir is very professionally written, with little hints placed along the way as to what will come. Events are presented chronologically, except for the most dramatic which are kept for the end.

The various stories are no doubt synthesized and embellished to become worthy material for a quasi comedy routine. Still certain elements do not quite jive:

• owning a dog for years without realizing that it is deaf is difficult to believe;
• going out with a girl many times without noticing until prom night that she shares no common language and cannot converse is surprising;
• Noah’s mother is described as extremely religious, going to three different churches every Sunday, but chooses to have her first child out of wedlock and, when she marries someone else, does not do so in church;
• she is also described as having been estranged from her family throughout her childhood but brings in her own mother and grandmother to live with her full time once an adult.

Though the author appears to be very candid, telling for instance of his hustling activities and his time in jail, one cannot help thinking that he does not tell all, as he is certainly entitled to do.

Overall, this work is certainly not devoid of interest and gains in humour what it lacks in depth.

Intéressant mais imparfait!

Global
3 out of 5 stars
Interprétation
3 out of 5 stars
Histoire
3 out of 5 stars

Rédigé le : 19/07/2020

Cet ouvrage a l’avantage non négligeable de présenter l’ensemble des cent nouvelles qui composent le Décaméron. En effet, la trame de cette œuvre du 14e siècle est que dix Florentins passent dix jours ensemble, chacun racontant quotidiennement une histoire différente aux autres, question de passer le temps agréablement.

Tournant souvent autour de l’infidélité ou de la quête de richesses, les nouvelles sont très divertissantes et tout de même variées. On remarque notamment :

• la verdeur des personnages féminins, étonnamment moderne;
• la critique récurrente envers les clercs, souvent décrits comme hypocrites et paillards, presque trois siècles avant Luther;
• une attitude beaucoup plus ouverte que la nôtre devant la mort, mais aussi envers la violence, notamment conjugale;
• une largeur d’esprit surprenante sur la géographie puisque les histoires sont situées dans diverses portions de l’Italie, en France, en Espagne, en Allemagne, au Moyen-Orient, etc.

Malheureusement, la facture est décevante sous plusieurs aspects :

• le narrateur de chaque histoire n’est pas identifié et le thème du jour n’est pas mentionné; le lecteur perd donc une couche importante de l’ossature globale de l’œuvre;
• la traduction en français est parfois discutable et, de toute évidence, n’a pas été faite par un francophone; ainsi, on dit « rêver » dans le sens de réfléchir plutôt que « songer », « directeur » plutôt que « confesseur », « ancienne bonne » plutôt que « bonne âgée », « balancer » à la place d’ « hésiter », « honteuse » et non « timide », etc.
• dans la version audio, la narration se fait à peu près également par un homme et une femme alors que sept des dix protagonistes sont présentées comme féminines;
• étrangement, on prononce « Boccacé » sans savoir apparemment qu’il s’agit de la version francisée de Boccacio, véritable nom de l’auteur.

Globalement, il est donc recommandable de chercher une meilleure version de cette œuvre exceptionnelle.

Wordy and Depressing!

Global
3 out of 5 stars
Interprétation
3 out of 5 stars
Histoire
3 out of 5 stars

Rédigé le : 19/07/2020

This long, slow moving novel tells of a bygone era not so much with nostalgia but with detached disillusionment. Written in the first person by the main character, it is joyless and disheartening. The characters’ selfishness is striking and interaction between them seems to flow essentially from necessity and social convention and to produce no lasting satisfaction. Servants, mentioned often, are nameless and faceless nonentities.

In the audio version, Jeremy Iron’s narration does contribute to make the work more palatable. Some listeners however may find that his character with a “Canadian” accent sounds uncannily like … Barak Obama. They may also be surprised that he pronounces Chiogga “Shiogga” as if he had never heard of chianti.

Fascinant en version audio!

Global
5 out of 5 stars
Interprétation
5 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 05/07/2020

Plusieurs considèrent ce roman comme le premier de la longue série composant la Comédie humaine de Balzac. En effet, c’est celui notamment où Eugène de Rastignac arrive à Paris depuis sa province.

Les souvenirs scolaires de certains comme quoi Balzac écrit de manière disserte et, disons-le, ennuyeuse seront contredits à l’écoute de cet ouvrage.

Soulignons d’abord qu’il est très bien construit, qu’il présente une brochette de personnages bien typés et mémorables et que l’intrigue, bien qu’un peu prévisible, est développée de manière rigoureuse. Ceux qui apprécient Paris seront ravis de constater qu’il y est très bien ancré, avec des références précises correspondant bien sûr à la ville d’il y a deux siècles.

Oui, certaines descriptions sont un peu longuettes mais le fait que le livre soit écouté plutôt que lu le rend très agréable à saisir du début à la fin. La qualité de la narration y est sans doute pour quelque chose mais peut-être aussi parce que les romans à l’époque étaient souvent lus à haute voix avec des parents ou des amis. Il a peut-être tout bonnement été conçu en conséquence.

Worthwhile!

Global
5 out of 5 stars
Interprétation
5 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 04/07/2020

In this rather compact essay, Bill Bryson discusses what is known of William Shakespeare’s life.

A bit disappointingly, it turns out this is rather limited. No one is even sure of the order in which the plays were written and performed!

Still, it is intriguing to learn about the various theories that have been contrived over the centuries They are more a reflection of the sensibilities of each age than anything that can be proven as fact.

Narration is made by the author himself and his warm, personal style add much to the listener’s enjoyment.

A short interview, perhaps from a British radio broadcast, is included as a bonus. Amusingly, Bill Bryson’s accent is then very much in tune with his interlocutor’s!

Terminus!

Global
5 out of 5 stars
Interprétation
5 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 03/07/2020


Voici le dernier volume de la série de conférences sur l’histoire de la littérature française par Alain Viala, portant cette fois sur la première moitié moitié du 20e siècle. Étrangement, le conférencier annonce un volume subséquent mais il n’est pas disponible sur Audible.

Le conférencier, très connaissant, est passionné par son sujet. Un sourire dans la voix, il s’exprime avec vivacité et chaleur comme s’il s’adressait personnellement à l’auditeur.

Ses propos sont agrémentés d’extraits littéraires lus par un narrateur professionnel fort talentueux. Ils couvrent une large gamme, allant d’André Gide à Louis-Ferdinand Céline.

Le tout, à la fois agréable et très instructif, est vivement recommandé.