MEMBRE

Nadièjda

  • 135
  • critiques
  • 355
  • votes utiles
  • 165
  • notes

Intrigue passionnante, dure, tendre et drôle

Global
5 out of 5 stars
Interprétation
5 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 24/02/2020

Malgré l’assurance que nous donne l’auteur dans la présentation de son livre, que son intention était tout simplement de distraire ses lecteurs, les premières pages m’ont laissée craindre une plongée dans le manichéisme le plus classique. Mais il n’en est rien. S’il y a des méchants et des gentils, il y a une majorité de gens affables qui font parfois des actions charitables et d’autres fois de grosses bêtises. Il y a aussi ceux qui se contentent de suivre sans réfléchir et ceux qui se cherchent.

Il y a surtout ceux qui croient tout savoir et tout pouvoir maîtriser, et négligent de savourer le présent en regrettant le passé et en attendant de l’avenir un bonheur illusoire. Nous nous tourmentons avec des « si » : « s’il y avait eu… s’il n’y avait pas eu… si j’avais fait… si je n’avais pas fait… » comme si en supprimant dans le passé la cause d’un malheur actuel, il ne naîtrait aucun autre malheur ; comme si en oubliant d’être heureux maintenant dans un combat censé réunir les conditions du bonheur, les générations futures trouveraient ces conditions propices au bonheur et pourraient enfin profiter de la plus grande quiétude.

L’Histoire, pourtant, comme nous pouvons le constater dans ce livre, ne nous montre que des luttes pour un monde meilleur (dans l’idée des initiateurs) qui gâchent la vie de ceux qui les entreprennent ainsi que celle de leurs contemporains tout en faisant d’énormes dégâts et qui établissent d’autres inégalités et d’autres problèmes à résoudre. Dans ce livre, les contemporains ont des trous de mémoire parce que des petits malins (ou "grands savants", comme on voudra) ont trouvé le moyen d'aller changer le passé et l'assassinat d'Hitler se prépare. Ils ont peur à présent que les conséquences ne soient pas celles qu'ils espéraient. Il faut donc réparer ça et une opération est montée qui va nous entraîner dans de multiples aventures.

J’aime les histoires de machines à remonter le temps et celle-ci, avec sa part de fantastique, fouille le passé, avec des personnages riches et profonds, pour nous embarquer dans une intrigue passionnante, dure, tendre et drôle, racontée dans une langue souple et captivante (qui mérite qu'on ne lui tienne pas rigueur de rares emplois erronés) et lue par des narrateurs de grands talent.

Si c’est le genre que vous aimez, écoutez !

2 personnes ont trouvé cela utile

Était-ce une enquête pour le département V ?

Global
2 out of 5 stars
Interprétation
3 out of 5 stars
Histoire
1 out of 5 stars

Rédigé le : 21/02/2020

Je n’aime pas trouver dans les romans des faits dont l’actualité nous abreuve, ce qui suffit déjà à nous bouleverser, à nous écoeurer et à nous faire mesurer notre impuissance. Les polards dont les méchants sont des néonazis, des sectes, des « racistes de droite », des membres de la mafia russe ou chinoise et maintenant des extrémistes religieux et des jeunes endoctrinés, ne peuvent même pas prétendre tenir le rôle d’ouvrir les yeux aux bourgeois indifférents, comme pouvaient le faire les romans de Zola sur le quotidien des classes populaires. « On ne fait pas de bonne littérature avec de bons sentiments » écrivait Henri Jeanson.

En l’occurrence, la révélation annoncée sur le passé d’Assad n’est pas une surprise et le long récit qui en est fait, entre autres longs développements, participe à priver ce livre du dynamisme qui lui était dû.

Pourtant, il s’en passe des choses, mais aucune difficulté de leur hiérarchie pour que des policiers décident d’enquêter ; un reporter benêt et fauché qui a les moyens de partir enquêter et se révèle un fin limier, des méchants indolents et naïfs ; des terroristes hésitants ; une évasion extravagante et la cavalerie arrive toujours à temps.

Et tout simplement, est-on dans la même série sans un classique cold case, sans la vie privée tourmentée de Mørck, sans l’extravagance de Rose, sans les mystères et les manies d’Assad ? Le département V ne sera plus jamais le même.

7 personnes ont trouvé cela utile

Un manuel de communication, pas un roman

Global
2 out of 5 stars
Interprétation
2 out of 5 stars
Histoire
2 out of 5 stars

Rédigé le : 18/02/2020

Ce livre correspond parfaitement à ce qu'en pédagogie on appelle une "histoire qui enseigne". Plutôt qu'exposer la matière dans un plan théorique, on la met en scène. Ainsi l'apprenant vit par procuration la mise en pratique des méthodes qu'il est venu apprendre, les comprend y adhère et les mémorise bien plus facilement qu'avec un cours magistral.

Dans ce genre de pédagogie ce qui importe c'est le message qui doit passer ; le support (l'histoire) à moins d'importance. Elle doit être simplement suffisante à illustrer la théorie et c'est ce qu'il se passe ici.

Vous retrouverez dans ce livre tous les conseils donnés en stage de communication, de PNL, de développement personnel, etc. et en cela il est intéressant. Cela dit l'histoire est faible, banale, sans aucune originalité et même inopportunément émaillée de quelques opinions personnelles.

Écoutez-le pour ses conseils ; ils sont bons.

1 personne a trouvé cela utile

L'auteur nous fait spectateurs de sa thérapie

Global
2 out of 5 stars
Interprétation
3 out of 5 stars
Histoire
1 out of 5 stars

Rédigé le : 18/02/2020

On peut apprécier ce livre pour la façon dont il est construit : c'est un patchwork, du cubisme littéraire. Il est constitué de petites tranches de vie réparties par ci par là dont certaines concernent l'assassin pédophile Ricky Lenglay et d'autres l'auteur. Elle s'est découvert des souvenirs d'attouchements par son grand-père dont nul autre dans sa famille n'a le souvenir, et les rapproche, comme une vision dans un miroir de ce qu'ont vécu le pédophile et celle de ses petites victimes qu'il a assassinée. Et comme un patchwork, il n'y a pas d'ordre thématique ou chronologique, mais une répartition des motifs selon une esthétique qui convient à l'auteur. Autrement dit les informations se répètent on ne sait plus si on nous parle de Ricky ou d'Ali, on ne sait pait pas si Ali est adulte ou gamine ; on n'est pas porté par une histoire qui s'enchaîne en nous informant jusqu'à nous mener à l'issue d'une intrigue.

Ce livre est à écouter en critique littéraire ou en étudiant écrivain ou en thérapeute amateur ; pas en lecteur qui attend l'histoire qui lui offrira son moment de détente.

N'ayant eu accès à aucun commentaire de lecteur me précédant, j'ai commis cette erreur et je n'ai pas fini le livre. J'étais saturée, enivrée par ces circonvolutions et ces grands écarts qui n'arrivaient pas à capter mon attention. Mais c'est peut-être ce quie précisément vous aimez écouter ?

4 personnes ont trouvé cela utile

Prodigieusement ennuyeux

Global
1 out of 5 stars
Interprétation
2 out of 5 stars
Histoire
1 out of 5 stars

Rédigé le : 29/01/2020

Je n'avais pas aimé "Un coeur sombre" au point de l'avoir échangé. Mais comme, le temps passant, on oublie puisau'on n'a pas la possibilité de faire une liste des auteurs qu'on n'aime pas, je suis retombée dans le panneau, l'extrait n'étant pas décourageant et le seul commentaire étant favorable.

Je l'ai acheté.

Je m'en suis mordu les doigts.

Mais qu'est-ce que c'est ennuyeux, mortellement ennuyeux ! Comme s'il s'agissait d'une longue succession de mots qui font du son mais pas de sens.

Pauvre narrateur qui a dû subir ces 22 h de lecture !

Il faut que je note quelque part de ne plus acheter d'Ellory.

Maintenant, c'est à vous de voir, il y a un public pour ça.

1 personne a trouvé cela utile

Bâillonnez-le !

Global
2 out of 5 stars
Interprétation
1 out of 5 stars
Histoire
2 out of 5 stars

Rédigé le : 29/12/2019

Comme le dit la description, c'est l'histoire d'un avocat niçois qui reçoit une cliente inquiète par le changement d'attitude de son mari et associé dans une entreprise de jeux en ligne en pleine croissance.

Je n'ai pas pu juger de la qualité de ce récit tant la narration est insupportable, mais vraiment insupportable.

Idée originale bien développée

Global
4 out of 5 stars
Interprétation
4 out of 5 stars
Histoire
4 out of 5 stars

Rédigé le : 20/12/2019

Imaginez une réforme du système pénitentiaire qui ferait biologiquement oublier leurs forfaits aux criminels et les placerait en quasi liberté dans un village de bungalow perdu dans le désert texan. Semi liberté parce que le village est enclos et une éventuelle sortie est aux risque et péril des téméraires. Ils vivent sans contact avec l'extérieur ni d'un côté ni de l'autre. Certains on des pseudo métiers : approvisionnement, maintenance, bar, bibliothèque, shérif... Ça ne leur rapporte rien, puisqu'il n'y a pas d'argent dans le village, il est seulement rendu compte à l' "Institut" de la consommation des habitants et l'"Institut" remplace. Ce programme aurait été aussi appliqué à des victimes et des témoins devant être protégé de représailles ou de traumatisme.

L'autocensure se fait par la perte de mémoire et l'isolement. Les "volontaires" pour ce programme ont promis d'obéir à 3 seules règles auxquelles on verra qu'il faudra en rajouter car on a jamais tout prévu.

Effectivement, ce qui est humain est mouvant contrairement à un mécanisme bien réglée... quoiqu'un grain de sable peut toujours se glisser entre les engrenages et, justement, des grains de sable vont se glisser qui vont bouleverser cet ordre artificiel.

Le développement de cette hypothèse se fait sur un ton léger avec des touches d'humour et est très bien servi par le narrateur.

J'ai passé un bon moment.

3 personnes ont trouvé cela utile

Trop c'est trop

Global
2 out of 5 stars
Interprétation
2 out of 5 stars
Histoire
2 out of 5 stars

Rédigé le : 26/11/2019

Certes ce livre, comme celui qui l'a précédé, fait bien ressentir les horreurs dont on été victimes les civils durant la seconde guerre mondiale. On est écoeuré par les conditions dont ont été traités ceux que voulait éliminer la politique nazi. Il est juste que ceux qui n'en ont pas encore eu les oreilles rebattues puisse prendre en considération l'ampleur de l'acharnement qui a accompagné leur poursuite. Il est également utile de montrer l'état d'esprit de ceux qui ont appliqué avec zèle les lois de la France occupé. C'est toutefois occulter tous les cas de figure qui ont pu exister à cette époque, La guerre ne s'est pas réduit à une guérilla entre collabo et résistants. Je trouve ce livre trop manichéen.

Si j'ai bien compris, dans le volume précédent l'utilité de raconter crûment l'horreur, la bestialité, l'inexorabilité des tortures, je trouve qu'il était inutile d'en rajouter dans ce deuxième tome. C'est insoutenable, on pourrait vomir à chaque page. Trop, c'est trop. Ça devient du voyeurisme.

1 personne a trouvé cela utile

Quand les plus bas instincts peuvent s'exprimer

Global
3 out of 5 stars
Interprétation
3 out of 5 stars
Histoire
3 out of 5 stars

Rédigé le : 05/11/2019

Certains parmi les humains sont plus ou moins généreux, plus ou moins tolérants, plus ou moins libidineux, plus ou moins sadiques... mais la plupart contiennent leurs vils instincts quand la morale et la législation de la société dans laquelle ils vivent les y contraignent.

Dans une société qui désigne arbitrairement des coupables et fait de la manipulation, de l'imprévisibilité, de la torture et de l'assassinat ses raisons d'exister, celui qui pense qu'il suffit d'obéir aux ordres pour être honorable et d'obtenir l'absolution d'un prêtre pour être vertueux peut se livrer aux pires ignominies.

C'est le cas de L'inspecteur Léon Sadorski que l'on suit dans ce livre comme si on lisait son journal. On y découvre ses pensées secrètes, ses désirs intimes, sa "bonne conscience", mais aussi sa plongée précoce dans la violence. Né avec le siècle, il a 14 ans seulement au début de la Grande Guerre ; il est sur le front à 17 ans ; il porte le deuil de sa petite soeur ; il est présent au coeur du terrible bombardement d'Étampes... Puis vient l'occupation avec une petite séance de lavage de cerveau à la préfecture de police à Berlin et l'ascension dans l'horreur des ordres Nazi passant par le gouvernement de vichy.

Ce livre est édifiant par la leçon qu'il donne que n'importe lequel d'entre-nous peut devenir, par Dieu sait quel nouveau critère, le paria à faire disparaître ou devenir le bourreau rassuré d'obéir à la loi et de suivre la procédure (pensez au juge d'Outreau).

La langue employée dans ce livre est agréable et le narrateur parvient à faire vivre les personnages (quoiqu'il ne maîtrise pas les différents accents qu'il veut utiliser).

Cela dit, l'histoire on la connaît, je l'ai donc plutôt prise comme l'allégorie de toutes les dictatures et de la faiblesse humaine. L'auteur ne nous évite aucun détail nauséabond. Il faut dire que l'horreur est le fond de commerce de Romain Slocombe.

Âmes sensibles s'abstenir.

Plongée dans l'exploitation de la misère de Reykja

Global
5 out of 5 stars
Interprétation
5 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 19/10/2019

Arnaldur Indridason nous plonge dans les quartiers pauvres de Reykjavik à l'époque où la politique scolaire regroupait les élèves pauvres - supposés être des cancres - dans une même classe animée par un maître en fin de carrière et supposé gâteux.

Dans ce livre on est témoin, d'une part, de la vie de ces élèves, de la misère de leur famille, de la vie tourmentée de celui qui est devenu un prof usé et, d'autre part, de ce que sont devenus ces élèves à l'âge adulte. Et c'est là où le bât blesse ; là où l'on rapproche le passé du présent et où l'on déduit que quelqu'un a manipulé quelque chose.

Par ailleurs, on assiste à l'enquête d'Erlandur, policier d'expérience, affligé d'un partenaire frais émoulu de théories, impatient, rigide, froid. Il sont chargés de dé découvrir l'assassin d'un ancien prof qui , justement, se trouve avoir fini sa carrière en dirigeant une classe de cancres dans les quartiers pauvres de Reykjavik

Les vies des élèves et du prof s'entrecroisent pour nous suggérer à tour de rôle des soupçons dont l'un sera sans doute la clé du mystère, mais lequel ?

La trame a démonté au fur et à mesure mes hypothèses de conclusions banales que je redoute ; j'ai donc suivi avec intérêt cette histoire portée par un lecteur de talent.

3 personnes ont trouvé cela utile