MEMBRE

Antianeira

  • 6
  • critiques
  • 9
  • votes utiles
  • 6
  • notes

des tics d'écriture gênants

Global
4 out of 5 stars
Interprétation
5 out of 5 stars
Histoire
3 out of 5 stars

Rédigé le : 12/08/2019

La performance est excellente. Ronan Ducolomb sait garder un ton léger tout en restant sensible et sait rendre agréable à écouter un récit qui ne l'est pas toujours.

Le livre en lui-même est assez décevant. Passons sur ce foyer idéal qui y est décrit avec une grande naïveté par l'auteur, ce qui m'a le plus dérangée est ce refus catégorique d'utiliser la préposition "de", refus qui en devient tellement forcé qu'on dirait qu'à la fin de l'écriture, l'auteur a fait une correction automatique, même là ou les enfants utiliseraient naturellement un " de". L'écriture du livre est truffée de ce genre de tics destinés, j'imagine, à nous rappeler que le narrateur est un enfant. Un enfant incapable de comprendre toute expression un tant soit peu imagée alors que lui-même en créé régulièrement, qui réutilise en permanence les mêmes expressions... bref on a plus l'impression de lire un fantasme d'adulte sur ce qu'est un enfant qu'autre chose.

Il serait cependant injuste d'en rester là. Les personnages sont attachants, les récits des vies des enfants sont réalistes et douloureux, et l'auteur a su rendre la complexité des rapports parents/enfants dans le cadre des familles dysfonctionnelles. Même en ayant des réserves sur le style et parfois sur le fond, on ne peut s'empêcher de sourire et d'être émue par le récit de Courgette, à mi-chemin entre l'autobiographie fictive et le conte.

dommage pour la lecture

Global
4 out of 5 stars
Interprétation
1 out of 5 stars
Histoire
4 out of 5 stars

Rédigé le : 20/07/2019

le livre est vraiment bien, l'histoire est originale et garde l'auditoire en haleine. En revanche le lecteur n'a vraiment pas bien exploité cette histoire. d'abord au niveau de la diction : sa prononciation est mauvaise, il mange les syllabes finales de certains mots, prononce mal certains autres, et en oublie d'autres (notamment des négations, ce qui rend la phrase difficile à comprendre !!!). Les intonations sont répétitives, il ne fait pas d'effort pour différencier les locuteurs lors des dialogues (gênant là encore la compréhension) et adopte régulièrement un ton totalement inadapté à la situation. j'ai quand même apprécié le livre, mais j'ai grandement perdu en plaisir d'écoute à cause de tout cela.

Performance pas pour moi...

Global
3 out of 5 stars
Interprétation
1 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 13/05/2018

Jacques Roland adopte une diction très particulière, rapide et vaguement nasillarde, tout en réduisant la force de sa voix à presque rien en fin de phrase, au point que les derniers mots en sont presque inaudibles.De manière générale, sa lecture me fait penser à la diction des présentateurs radio des années 40, en plus rapide. A la limite, je pourrais m'y faire, mais en outre, prend une voix de fausset lorsqu'il s'agit de lire les paroles des personnages féminins, ce qui ne fonctionne pas du tout. Cela donne plus à rire qu'autre chose, alors qu'une voix naturelle, peut-être un peu radoucie, aurait amplement suffi. Ce manque de subtilité m'a beaucoup agacée.

Quant à l'histoire, Maupassant est toujours un plaisir (en tout cas pour moi). Son ironie piquante envers la bourgeoisie et sa tendresse à peine voilée pour les femmes, qui sont bien souvent à la fois les grandes victimes et les grandes héroïnes de ses histoires, font toujours mouche et proposent une vision du monde désabusée et étrangement moderne. Le format du roman fait que l'action est bien entendu moins ramassée que dans ses nouvelles et certain.e.s y trouveront peut-être des longueurs, mais ce n'est pas mon cas.

2 personnes ont trouvé cela utile

Bon podcast d'initiation

Global
5 out of 5 stars
Interprétation
5 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 13/05/2018

Le podcast est intéressant et progresse de manière pédagogique, petit à petit mais sans prendre ses auditeur.rice.s pour des imbéciles. Le vocabulaire du féminisme, parfois à la limite du jargon, est ici simple et les termes difficiles à comprendre sont expliqués. L'aspect pratique et concret du podcast est, je pense, son gros point fort. Ne se contentant pas d'en rester à l'observation et à la constatation, ni même à l'explication, Simone propose des actes concrets pour tenter de combattre le sexisme extérieur, mais surtout celui que nous avons peu à peu intériorisé.

Très bonne performance, histoire glaçante

Global
4 out of 5 stars
Interprétation
4 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 09/05/2018

Philippe Bertin nous met tout de suite dans l'ambiance par le ton pressant et l'articulation précise qu'il adopte et conserve tout le long de la lecture : il joue vraiment le personnage du scientifique entre deux âges, qui cherchera toujours à s'exprimer de la manière la plus exacte possible. On imagine un personnage peut-être un peu pinailleur, qui veut être bien compris et tente de se raccrocher à la normalité en continuant à s'exprimer comme s'il était en train de faire le rapport d'une simple expérience à ses confrères. Mais par moment le narrateur s'emporte et laisse la folie et la panique s'exprimer, sans jamais trop en faire.

L'ambiance sonore est parfaitement dosée, seulement quelques musiques et sons par-ci, par-là, pas trop fréquents.

L'histoire est évidemment glaçante, on est chez Lovecraft, comment s'attendre à moins ? Le début pourra paraître long aux lecteur.rice.s impatient.e.s, du fait que le narrateur prend le temps d'expliquer les circonstances de l'expédition, ponctuées de descriptions longues au vocabulaire spécifique à la limite du jargon (mais globalement tout à fait compréhensible). Personnellement j'y vois au contraire un coup de génie de la part de l'auteur, et une façon pour lui de mieux nous projeter dans l'esprit à présent torturé de son narrateur.

Un véritable plaisir, mais je regrette d'avoir écouté les dernières minutes à 2h du matin juste avant d'aller me coucher...

Performance excellence...mais ça reste du Flaubert

Global
4 out of 5 stars
Interprétation
5 out of 5 stars
Histoire
3 out of 5 stars

Rédigé le : 06/05/2018

Pour ce qui est de la performance du narrateur, rien à redire, c'est parfait ! En plus d'avoir une bien belle voix, Éric Herson-Macarel donne vie aux personnages dans une lecture vivante toute en subtilité, qui nous laisse le temps d'apprécier aussi bien les descriptions lascives ou horribles que les scènes de bataille enragées. De ce point de vue, un vrai plaisir !

Cela reste cependant du Flaubert, il faut aimer. L'ensemble est (évidemment) remarquablement écrit, et il serait difficile d'isoler un passage qu'on pourrait considérer comme "mauvais".
Cependant, avec mon regard de lectrice du XXIe siècle, il reste difficile d'écouter ce livre sans ressentir un certain malaise face au racisme colonial qui l'entoure, le soutient, le construit. On passe sans cesse de la fétichisation des corps racisés, surtout féminins, qui sont "exotisés" (orientalisme oblige) au mépris de ces mêmes corps racisés, en particulier des corps noirs, quasiment toujours associés (au contraire des grecs et des Carthaginois, ou même des Gaulois) à la crasse, l'idiotie, l'absence de culture, de civilisation, et, tout simplement, à la laideur. Même en replaçant le livre dans son contexte, cela reste une gageure de l'écouter sans avoir le poil qui se hérisse bien souvent.

Si je l'avais lu en papier, je n'aurais peut-être pas fini ce roman, mais la lecture magistrale d'Éric Herson-Macarel (ainsi que le fait que je n'ai rien de mieux à faire quand je conduis plusieurs heures d'affilée) ont fait que je l'ai écouté en entier, et que, globalement, j'ai trouvé cette expérience littéraire des plus agréables, et je suis contente d'avoir comblé cette faille dans ma culture !

7 personnes ont trouvé cela utile