MEMBRE

Aubry Françon

Saint Etienne, France
  • 138
  • critiques
  • 274
  • votes utiles
  • 138
  • notes
  • Hypérion

  • Hypérion 1
  • De : Dan Simmons
  • Lu par : Matthieu Dahan
  • Durée : 21 h et 21 min
  • Version intégrale
  • Global
    4.5 out of 5 stars 354
  • Performance
    4.5 out of 5 stars 327
  • Histoire
    4.5 out of 5 stars 330

Au 28e siècle, sur la planète Hypérion, les dangers s'amoncellent. Celui de la guerre avec l'approche de la flotte des Extros en perpétuel conflit avec l'Hégémonie. Celui du gritche, figure mythologique et meurtrière que révère l'Église des Templiers. Celui de l'ouverture des Tombeaux du Temps qui dérivent de l'avenir vers le passé à la rencontre d'une imprévisible catastrophe. Dans l'espoir de sauver Hypérion et d'accomplir leurs destins suspendus, sept pèlerins se dirigent ensemble vers le sanctuaire du gritche.

  • 5 out of 5 stars
  • Très belle découverte de science-fiction, narrateur au top !

  • Écrit par : Mickaël le 07/12/2017

Le space-Opéra total

Global
5 out of 5 stars
Performance
5 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 18/05/2019

Sans préambule, sans avertissement, sans filet et ce, dès les premières minutes, Dan Simmons propulse son lecteur dans un univers de science-fiction d'une richesse et d'une profondeur inouïes. Certes, le décollage, brutal, peut désarçonner car les contours narratifs, les décors, les enjeux se dévoilent au compte-gouttes et au fur et à mesure de l'écoute, frustrant parfois l'auditeur qui se retrouve face à des noms et un vocable dont il ne perçoit pas encore l'importance et la pleine signification. Mais, bon sang quel pied d'accompagner les 7 pèlerins, héros de l'histoire, en route pour la mystérieuse et mystique planète Hyperion, sanctuaire du Gritche, divinité sanguinaire, pourtant objet d'un culte dévot ! Tout au long de ce voyage initiatique, chacun des protagonistes va dévoiler à tour de rôle, sa propre histoire et le lien qui le rattache au Gritche. On bascule ainsi d'un destin à l'autre, d'une psychologie à l'autre dans des récits haletants magistralement servis par le talent de l'auteur. Roman culte, chef d'oeuvre, référence, tous ces qualificatifs s'appliquent sans hésitation à Hyperion. N'oublions pas la narration brillante et percutante de Matthieu Dahan qui donne encore plus de relief à ce texte d'une grande puissance littéraire. Ne passez pas à côté !

1 sur 1 personne(s) ont trouvé cet avis utile.

  • Rendez-vous avec Rama

  • Le cycle de Rama 1
  • De : Arthur C. Clarke
  • Lu par : Pascal Casanova
  • Durée : 8 h et 58 min
  • Version intégrale
  • Global
    4.5 out of 5 stars 81
  • Performance
    4 out of 5 stars 78
  • Histoire
    4 out of 5 stars 77

2130. Un objet spatial non identifié est localisé dans le système solaire : c'est un cylindre aux proportions extraordinaires - 30 km de long -, et qui se déplace au tiers de la vitesse de la lumière - 100.000 km/h. Il sera baptisé Rama. La curiosité cède cependant le pas à l'effarement quand l'équipage du vaisseau spatial "Endeavour" parvient à pénétrer dans son habitacle. Car cet "artefact", qui semble n'avoir jamais subi la moindre altération du temps, contient en son sein un véritable monde miniature.

  • 5 out of 5 stars
  • science fiction

  • Écrit par : luiji le 03/05/2018

Rama, le visiteur venu d'ailleurs

Global
4 out of 5 stars
Performance
3 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 07/04/2019

Pris, dans un premier temps, pour un "simple" astéroïde en transit dans le système solaire et baptisé du nom d'une divinité hindoue, Rama s'avère être, en réalité, un cylindre de nature artificielle aux dimensions pharaoniques et abritant, en son sein, tout un monde en apparence éteint. Une expédition spatiale, dirigée par le commandant Norton avec l'appui de l'experimenté équipage du vaisseau Endeavour, doit permettre de percer les mystères de Rama. Mais le temps presse, car Rama se rapproche chaque jour un peu plus du soleil tandis que certains humains sont enclins à considérer l'intrus comme une menace qu'il convient d'annihiler. Malgré un style parfois trop clinique, Rendez-vous avec Rama est un grand roman de science-fiction. Loin d'un space-Opéra exubérant, ce récit nous donne à découvrir, de manière presque crédible, les fondements d'une découverte majeure : la vie existe et, en l'occurrence s'agissant de Rama, a existé ailleurs que sur terre. L'auditeur-lecteur accompagne ainsi les hommes et femmes du Endeavour dans leur exploration de Rama, riche en surprises archéologiques, en moments de tensions face à une technologie incommensurablement plus avancée que la leur mais aussi en remises en questions des piliers de la civilisation humaine. Si l'action est bien présente avec quelques passages épiques, le coeur de l'histoire repose sur les débats et interrogations de l'espèce humaine face à une énigme insaisissable tant les référentiels pour l'appréhender semblent hors d'atteinte. Concernant la narration de ce livre audio, il y a lieu de relever des changements d'intonations peu opportuns notamment quant aux protagonistes féminins du roman qui se voient affublés de voix grotesques et surjouées. Dommage, car pour le reste le voyage jusqu'aux entrailles de Rama vaut franchement le détour.

2 sur 2 personne(s) ont trouvé cet avis utile.

  • Les nettoyeurs

  • De : Julien Centaure
  • Lu par : Renaud Dehesdin
  • Durée : 14 h et 40 min
  • Version intégrale
  • Global
    4.5 out of 5 stars 311
  • Performance
    4.5 out of 5 stars 292
  • Histoire
    4.5 out of 5 stars 293

Pratiquement décimée par les Ploutons un millier d'années auparavant, la civilisation humaine ne subsiste plus que dans quelques cités souterraines éparpillées sur la planète. Les gens vivent et meurent dans leur cité sans jamais voir la lumière du jour. Seuls les nettoyeurs, insensibles aux Ploutons, montent encore à la surface pour entretenir les installations. Ils doivent y affronter une nature particulièrement hostile où la moindre erreur est fatale. Lum est l'un des nettoyeurs de la cité d'Antéa. Passionné par son métier, il détient le record absolu du nombre de sorties à la surface.

  • 4 out of 5 stars
  • Captivant et fantastique

  • Écrit par : cnous le 17/10/2018

Une SF populaire sans réelle originalité

Global
3 out of 5 stars
Performance
4 out of 5 stars
Histoire
2 out of 5 stars

Rédigé le : 16/03/2019

Dans un futur lointain, les humains survivent dans des cités souterraines pour échapper au joug d'une mystérieuse race extraterrestre qui règne désormais sur la surface de la Terre. Seuls les nettoyeurs osent s'aventurer à l'extérieur pour assurer des opérations de maintenance indispensables à la pérennité de leurs villes. Les nettoyeurs est un roman qui m'a laissé un sentiment mitigé à l'issue de son écoute. Les bonnes idées ne manquent pas dans ce récit relativement long mais elles sont hélas ! gâchées par des maladresses narratives, des personnages à la psychologie simpliste et un univers à la cohérence vacillante qui tente de mélanger du post-apocalyptique et du space-Opéra sans parvenir à convaincre. La fin est à l'avenant avec un sentiment persistant que l'auteur n'a pas vraiment su comment conclure une histoire dans laquelle il s'est empêtré sans ligne directrice préétablie. Dire que l'on s'ennuie à l'écoute serait, malgré tout, mentir, d'autant que le narrateur fait le job, mais l'amateur de SF aura bien du mal à trouver son compte dans une oeuvre attachante par certains aspects, mais par trop bricolée et inégale par d'autres. Dommage.

  • Tau Zero

  • De : Poul Anderson
  • Lu par : Frédéric Kneip
  • Durée : 8 h et 5 min
  • Version intégrale
  • Global
    4 out of 5 stars 63
  • Performance
    4 out of 5 stars 60
  • Histoire
    4 out of 5 stars 60

Terre. XXIIIe siècle. Cinquante astronautes. Vingt-cinq femmes, vingt-cinq hommes, parmi les meilleurs dans leurs domaines : astrophysiciens, mathématiciens, biologistes, astronavigateurs... partent pour un impressionnant voyage : rejoindre l'étoile Beta Virginis à trente-deux années-lumière de la Terre. Ils disposent pour ce faire du plus stupéfiant des vaisseaux, le Leonora Christina, dernier né de sa génération, un navire capable de puiser son énergie au cœur même de l'espace et d'évoluer à des vitesses relativistes.

  • 2 out of 5 stars
  • ...

  • Écrit par : Dan le 01/11/2018

Soap Opéra plutôt que Space Opéra

Global
3 out of 5 stars
Performance
4 out of 5 stars
Histoire
2 out of 5 stars

Rédigé le : 03/02/2019

Souvent présenté comme un des chefs d'oeuvre de la hard science-fiction, Tau Zéro m'a totalement laissé de marbre. Ce roman m'est apparu peu rythmė, trop bavard et finalement sans grande imagination. Amateurs de space Opéra, d'exploration spatiale, d'aventures épiques, passez tout de suite votre chemin. Tau Zéro ne vous offrira rien de tout cela. L'action y est quasiment absente et centrée exclusivement sur les rapports humains. Si l'approche métaphysique dans une oeuvre de science-fiction peut être prometteuse avec présentement comme sujet le destin contrarié d'un vaisseau-colonie et de son équipage, elle n'est ici que superficielle. L'essentiel des débats entre les naufragés de l'espace porte sur qui va coucher avec qui, sur la dépression passagère de tel ou tel membre de l'expédition... Le "tout" est assaisonné de chapitres ponctuellement dédiés à des explications complexes sur l'astrophysique et d'une fin aussi plate qu'une limande. Seuls rayons de soleil, une narration de qualité et une post-face intéressante et qui décode, avec pédagogie, les passages "scientifiques" de l'oeuvre.

  • Le dictateur qui ne voulait pas mourir

  • De : Bogdan Teodorescu
  • Lu par : Frédéric Kneip
  • Durée : 4 h et 47 min
  • Version intégrale
  • Global
    3 out of 5 stars 1
  • Performance
    4 out of 5 stars 1
  • Histoire
    2 out of 5 stars 1

Alors qu'il dirige la Roumanie depuis près de cinquante ans, le dictateur tente d'acquérir l'immortalité grâce à un portail temporel capable de ressusciter les morts. Au risque de bouleverser le XXIe siècle, il compte d'ailleurs faire revenir Michel le Brave, un patriote et guerrier du Moyen Âge. "Le troisième mandat avait été le plus terrible... Après ça, tout était allé de soi. Il était devenu un dictateur." Bogdan Teodorescu, écrivain roumain né en 1963, passe un doctorat en communication après des études d'ingénieur et devient journaliste dès 1990, après la chute du régime communiste.

  • 3 out of 5 stars
  • Confus et destructurė

  • Écrit par : Aubry Françon le 16/01/2019

Confus et destructurė

Global
3 out of 5 stars
Performance
4 out of 5 stars
Histoire
2 out of 5 stars

Rédigé le : 16/01/2019

Au crépuscule de sa vie, un dictateur se lance dans une folle entreprise : faire revenir du passė, grâce à une technologie révolutionnaire, une figure héroïque de l'histoire de son pays, la Roumanie. Si l'idėe de départ du roman est excellente, c'est peu de dire que l'exécution ne m'a pas convaincu. Le récit est, en effet, particulièrement erratique, fait de flash-blacks, changements de points de vues incessants, divagations verbeuses,...Le style d'écriture obéit aux mêmes règles : digne d'une pièce de théâtre au début du roman avec quasi-exclusivement des dialogues, il bascule, dans la deuxième partie de l'histoire, sur une mode plus descriptif sans que l'intérêt de l'auditeur en soit franchement rehaussé pour autant. Ainsi, me concernant, à chaque écoute, je perdais le fil au bout de quelques minutes et étais souvent obligė de revenir en arrière. La littérature roumaine a, sans doute, bien mieux à nous offrir que cet ouvrage. Pour finir, un mot sur le narrateur qui rend une copie plus qu'honorable, avec une bonne diction et un ton juste.

  • Les Thanatonautes

  • De : Bernard Werber
  • Lu par : Matthieu Dahan
  • Durée : 16 h et 47 min
  • Version intégrale
  • Global
    4.5 out of 5 stars 204
  • Performance
    4.5 out of 5 stars 187
  • Histoire
    4.5 out of 5 stars 188

Nourri d'informations scientifiques souvent inédites, des textes sacrés et initiatiques les plus secrets des principales religions depuis le fond des âges, Bernard Werber nous entraîne à la découverte du continent ultime, au-delà de notre imaginaire. En suivant les Thanatonautes, vous connaîtrez des rêves et des terreurs insondables, vous subirez les lois d'un univers étrange, où se cache l'énigme qui hante les hommes depuis toujours... Jamais personne n'est allé aussi loin que les Thanatonautes.

  • 5 out of 5 stars
  • Très intéressant

  • Écrit par : Jade RIGHES le 13/08/2017

À la poursuite du continent ultime

Global
5 out of 5 stars
Performance
4 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 04/01/2019

L'homme est explorateur par nature. Il n'a eu de cesse de vouloir repousser toujours plus loin l'horizon qui s'offrait à ses yeux. Depuis les grands navigateurs jusqu'aux missions Apollo, il n'a qu'une obsession : repousser et conquérir de nouvelles frontières. Loin toujours plus loin. C'est fort de ce constat que Bernard Werber nous narre les aventures des pionniers de l'exploration d'une terre inconnue et pourtant si familière : la mort. Évitant les ėcueils d'un rėcit horrifique ou plombant, l'auteur dépeint avec beaucoup de malice, une bonne dose d'humour et une solide culture mythologique et théologique une ėpopėe passionnante et pleine de rebondissement. On est jamais très loin de la fable dans ce roman qui pointe du doigt les conséquences philosophiques, politiques, sociales et économiques de l'ėventuelle percėe des mystères de l'au-delà. Un très bon moment d'écoute servi par un narrateur talentueux.

  • Austerlitz 10.5

  • De : François-Xavier Dillard, Anne-Laure Béatrix
  • Lu par : Damien Ferrette
  • Durée : 8 h et 3 min
  • Version intégrale
  • Global
    3.5 out of 5 stars 17
  • Performance
    4 out of 5 stars 17
  • Histoire
    3.5 out of 5 stars 16

En 1910 la Seine avait atteint lors de la grande crue de Paris son niveau maximal : 8.62 mètres sur l'échelle hydrométrique du pont d'Austerlitz. Aujourd’hui, la pluie tombe depuis trois jours dans la capitale. Les trois premiers jours les habitants de la grande ville ont râlé. Et puis, le soir du quatrième jour, l'alimentation électrique a été coupée. La plupart des arrondissements ont alors connu un black-out total faisant souffler un vent de panique sans précédent dans la population.

  • 4 out of 5 stars
  • Frappant de crédibilité !

  • Écrit par : Stéphanie le 22/03/2016

Tuer pour le sourire de Mona Lisa

Global
4 out of 5 stars
Performance
4 out of 5 stars
Histoire
3 out of 5 stars

Rédigé le : 12/12/2018

Paris a subi la pire crue de son histoire. Trafiquants, politicards vėreux, milices extrémistes, hordes de survivants sans abri se disputent les ruines d'une capitale dévastée par la colère de la Seine. C'est dans ce chaos post-apocalyptique que prend place l'intrigue d'Austerlitz 10.5 qui voit un flic désabusé et traumatisė faire ėquipe avec une jeune journaliste fouineuse n'ayant pas froid aux yeux. Le duo se lance sur les traces d'une sėrie de meurtres dont le seul point commun semble être le musėe du Louvre ou du moins ce qu'il en reste, tant l'ancien palais et les chefs d'oeuvre qu'il abritait ont souffert dans la catastrophe. Avec ce roman écrit å quatre mains, les auteurs nous offrent un thriller dont la principale originalité consiste en son dėcor, celui d'un Paris ravagė et en proie à la loi de la jungle. Pour le reste, on a affaire à un polar somme toute classique et sans grande surprise mais agréable à ėcouter malgré des personnages souvent caricaturaux. À relever également, un regard plutôt féroce sur la classe politique que la crue sanglante n'a pas détourné de la courtisanerie, des complots d'alcôve et autres coups bas. Pour finir, il convient de relever la bonne performance du narrateur qui rate cependant le sans-faute avec quelques excès de cabotinage et notamment une interprétation par trop outrancière de certains protagonistes féminins de l'histoire. Sans être un incontournable absolu, un agréable moment d'écoute.

  • Le grand secret

  • De : René Barjavel
  • Lu par : Sylvère Santin
  • Durée : 9 h et 42 min
  • Version intégrale
  • Global
    4 out of 5 stars 24
  • Performance
    3.5 out of 5 stars 23
  • Histoire
    4 out of 5 stars 22

C'est l'histoire d'un couple séparé par un extraordinaire événement, puis réuni dans des circonstances telles que jamais un homme et une femme n'en ont connu de pareilles. C'est aussi l'histoire d'un mystère qui, depuis 1955, a réuni, à l'insu de tous, par-dessus les oppositions des idéologies et des impérialismes, les chefs des plus grandes nations.

  • 3 out of 5 stars
  • Rendez-vous raté

  • Écrit par : Aubry Françon le 29/11/2018

Rendez-vous raté

Global
3 out of 5 stars
Performance
4 out of 5 stars
Histoire
2 out of 5 stars

Rédigé le : 29/11/2018

Si j'avais adoré "Ravage" et franchement apprécié "La nuit des temps" du même auteur, j'avoue être resté sur ma faim avec "Le grand secret". En premier lieu, le style journalistique voire quasi-télégraphique des passages consacrés aux "chroniques" des relations est-ouest (l'action se déroule durant la guerre froide) voire nord-sud et des conséquences générées par "le grand secret" sur celles-ci m'ont décontenancé. De même, la majorité des protagonistes du roman, à l'exception notable de Jeanne, me sont apparus plats, sans épaisseur et n'ont suscité chez moi, ni empathie, ni un semblant d'identification. Dès lors, il m'a été difficile de me projeter dans l'écoute d'un récit dont l'intérêt est épisodiquement relancé par quelques rebondissements mais qui sombre parfois dans le mièvre et le convenu (la fin est, à cet égard, symptomatique de cet état de fait selon moi). Malgré l'indéniable et salutaire portée philosophique de l'oeuvre, ses défauts m'ont par trop sauté aux yeux pour en faire un must. Quant à ce fameux "Grand secret", il se révèle relativement tôt dans l'intrigue et, pour le coup, mérite bien son appellation tant ses retombées potentielles en cas de divulgation au grand public pourraient être dramatiques. Pour finir, un mot sur le narrateur qui, quoique parfois un peu terne dans le ton employé, fait honorablement son job et se situe dans la bonne moyenne des titres proposés par Audible.

1 sur 1 personne(s) ont trouvé cet avis utile.

  • Terreur

  • De : Dan Simmons
  • Lu par : Benoît Allemane
  • Durée : 31 h et 7 min
  • Version intégrale
  • Global
    4 out of 5 stars 174
  • Performance
    4.5 out of 5 stars 167
  • Histoire
    4 out of 5 stars 167

1845. Vétéran de l'exploration polaire, Sir John Franklin se déclare certain de percer le mystère du passage du Nord-Ouest. Mais l'équipée, mal préparée, tourne court ; le Grand Nord referme ses glaces sur Erebus et Terror, les deux navires de la Marine royale anglaise commandés par Sir John. Tenaillés par le froid et la faim, les cent vingt-neuf hommes de l'expédition se retrouvent pris au piège des ténèbres arctiques.

  • 5 out of 5 stars
  • Incroyable

  • Écrit par : Utilisateur anonyme le 27/04/2018

La peur, la faim, le froid et...l'ennui

Global
2 out of 5 stars
Performance
4 out of 5 stars
Histoire
2 out of 5 stars

Rédigé le : 10/11/2018

Ce Terreur, largement encensé, me laisse pourtant un sentiment mitigé à l’issue de son écoute. Toutefois, il convient, en premier lieu, de saluer l’impressionnant travail documentaire conduit par l’auteur, lequel nous immerge littéralement dans le quotidien d’une grande expédition scientifique arctique du 19ème siècle, celle commandée par sir John Franklin. La reconstitution de cette quête mythique du passage du nord-ouest aux confins du Canada, inspirée par des faits et des personnages réels, est bluffante, parfois même trop détaillée avec de répétitives descriptions des monotones paysages du grand nord. C’est, quoi qu’il en soit et de mon point de vue, le point fort du roman, et celui qui, à mes yeux, le sauve du naufrage. En effet, si l'on se penche un tant soit peu sur la construction narrative, là, les choses commencent à se gâter à mon sens. Le choix de Simmons est de bâtir ses chapitres en fonction d’un personnage clé ou mineur d’ailleurs mais également d’une date qui ne respecte pas forcément un ordre chronologique. C’est particulièrement flagrant au début du récit qui s’empêtre dans les flashbacks et les allers-retours entre présent et passé, perdant parfois le lecteur et, en l’occurence, l’auditeur qui ne sait plus trop dans quel espace-temps il se trouve. Il y a également sans doute lieu d’évoquer les protagonistes de l’aventure et leurs psychologies. Si certains sont plutôt réussis tel le capitaine Francis Crozier dont on comprend tardivement qu’il est le véritable héros de l’histoire, d’autres sont insipides et sans épaisseur ou meurent trop rapidement pour être approfondis et gagner en épaisseur tandis que le grand méchant de l'aventure est caricatural à souhait et ne dépareillerait pas dans un film d’Ed Wood ou dans une mauvaise série B. Enfin, j’en terminerai par la dimension fantastique et prétendument horrifique du roman avec la mystérieuse et terrible créature qui rôde autour des navires de l’expédition et se repaît impunément des matelots et officiers des HMS Terror et Erebus, les deux bateaux de l’expédition Franklin. Comme dit plus haut, le travail de Simmons en matière documentaire est méticuleux et d’une grande précision et, à l’aide de cet éclairage érudit, on perçoit la dureté de la vie sur ces brise-glaces rudimentaires et la lutte au jour le jour, des hommes contre les éléments, la maladie et une nature hostile : froid, blizzard, scorbut, ours blancs,… Ajouter à cet enfer blanc un monstre à la Lovecraft n’apporte finalement pas grand chose au récit d’autant que la bête ne fait que de rares apparitions certes riches en action et en émotion mais qui ne sont que des intermèdes assez maladroits dans une trame qui, globalement, ne relève pas du genre fantastique. Tout juste l’animal sert-il de prétexte à un lien avec la culture et les légendes inuits, lien qui ne se dévoile qu’en toute fin de roman alors que, si j’ose dire, le mal est déjà fait. Au final, sans être totalement rébarbatif malgré une longueur conséquente (plus de 30 heures d’écoute !), ce livre audio m’a laissé un goût d’inachevé, à plus forte raison, au regard de l’immense talent de Dan Simmons. Un dernier mot sur le narrateur, impeccable de bout en bout et qui use, en toutes circonstances, du juste ton.

1 sur 1 personne(s) ont trouvé cet avis utile.

Raymond E. Feist - L'intégrale de La Guerre de la Faille
    
    
        De :
        












    





    





    
        
            
            
                
            
        
        Raymond E. Feist
    
    


    
    
        Lu par :
        












    





    





    
        
            
            
                
            
        
        Arnauld Le Ridant
    
    


    
    Durée : 66 h et 32 min
    145 notations
    Global 4,6
  • Raymond E. Feist - L'intégrale de La Guerre de la Faille

  • De : Raymond E. Feist
  • Lu par : Arnauld Le Ridant
  • Durée : 66 h et 32 min
  • Version intégrale
  • Global
    4.5 out of 5 stars 145
  • Performance
    4.5 out of 5 stars 142
  • Histoire
    4.5 out of 5 stars 142

Un jeune orphelin vint un jour du royaume des Isles. Il devint l'apprenti du maître magicien de la cour de Crydee, sur les terres de Krondor. Son courage lui valut une place à la cour et le cœur d'une adorable princesse, mais l'approche traditionnelle de la magie ne le satisfaisait pas. C'était avant que n'éclate la Guerre de la Faille avec l'invasion d'un étrange peuple de guerriers surgi d'un empire lointain. Alors, celui qu'on appelait Pug dut faire face à son véritable destin.

  • 5 out of 5 stars
  • De l’Heroic Fantasy 5 étoiles au Guide Michelin

  • Écrit par : Guy Du Bas Tyra le 01/09/2017

Vaut surtout pour ses deux premiers tomes

Global
4 out of 5 stars
Performance
5 out of 5 stars
Histoire
3 out of 5 stars

Rédigé le : 02/09/2018

Cette intégrale de la Guerre de la Faille est proprement gargantuesque pour l'auditeur dans la mesure où elle représente près de 70 heures de lecture pour 4 tomes. Les 2 premiers opus nous offrent une saga captivante et aux allures de parcours initiatique avec comme personnage central un apprenti-magicien, Pug, sur fond de guerre interdimensionnelle, de complots politiques et de batailles épiques. Malheureusement, les choses commencent à se gâter avec "Silverthorn", troisième livre de la saga, qui, sans être mauvais, n'a pas le souffle et le ressort des précédents ouvrages. Hélas, l'ultime épisode, "Ténèbres sur Sethanon", s'englue dans des péripéties extravagantes voire grotesques et répétitives sans compter l'abus de poncifs de l'héroïc fantasy usés jusqu'à la corde. Seul le plaisir de retrouver les personnages auxquels l'auditeur s'est attaché sauve ainsi le dernier quart de cette intégrale. A noter l'excellente prestation narrative d'Arnauld Le Ridant qui jongle, avec malice et à propos, entre les nombreux protagonistes de l'histoire.