MEMBRE

LAUNAY Hélène

  • 8
  • critiques
  • 10
  • votes utiles
  • 14
  • notes

Sobre, sensible et documentaire, comme d'habitude

Global
5 out of 5 stars
Interprétation
5 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 09/02/2020

Et puis, comme d'habitude aussi, ce sont les femmes qui sont au premier plan - de véritables héroïnes.
Un autre "personnage" principal : le kilt. On sent que toute femme, à l'époque, est forcément une couturière.

Stimulant

Global
5 out of 5 stars
Interprétation
5 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 10/09/2019

Un peu, que j'ai aimé ce livre ! Le narrateur est exceptionnel. Que j'ai rit ! Le moment le plus interessant ? Lorsque l'on découvre la seconde fondation et ses activités. Mais il faut à mon avis avoir lu les deux premiers volumes (Fondation et Fondation et Empire). Peut-être un peu trop de complot et de parano - mais c'est pardonné !

Capables du meilleur, comme du pire

Global
4 out of 5 stars
Interprétation
5 out of 5 stars
Histoire
4 out of 5 stars

Rédigé le : 26/07/2019

Le parcours des personnages, la vie dans la jungle, comment ils tentent de passer et comment on les en empêche. La toute fin, totalement bouleversante.
Fort.

Intéressant. La fin réveille.

Global
4 out of 5 stars
Interprétation
5 out of 5 stars
Histoire
3 out of 5 stars

Rédigé le : 14/04/2019

J'ai trouvé le livre un peu long. Avec la description un peu convenue de batailles - comme s'il devait foecément y avoir de l' "action", comme si l'action c'était nécessairement la bagarre. Bref. Ce n'était toutefois pas totalement hors sujet. Juste un peu long.
Ce que j'ai préféré, c'est le coup de théatre à la fin du livre. Le dernier sixième du livre, lorsque le père meurt. Ce n'est pas déflorer l'intrigue que de dire qu'il meurt, puisque le narrateur explique qu'il écrit à la mémoire de son père assassiné. Toutes les réflexions auxquelles nous a conduit l'auteur sur la violence, la démocratie, la religion, et sur les personnages proposés (qui est le bon ? qui est le méchant ?) sont brutalement remises en cause. Heureusement. Très malin. Les méchants ne sont pas ceux que l'on croit. Dénouement qui secoue et fait réfléchir. L'enfer est pavé de bonnes intentions.

Félicitations au donneur de voix

Global
5 out of 5 stars
Interprétation
5 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 09/12/2018

Je suis loin d'avoir terminé le livre, mais je ne résiste pas à l'envie de partager mon enthousiasme quant au donneur de voix, Sebastien Desjours.
Je ne sais pas si c'est lui ou si c'est la forme du roman qui s'y prête - un récit à la première personne, mais le ton me paraît 100% juste. Le donneur de voix et le narrateur semblent ne faire qu'un.
Je n'arrive plus à penser que c'est Henri Loevenbruck qui écrit, pour moi, c'est le donneur de voix qui se raconte.
Très belle et troublante performance. Merci

Se révolter, mais pas trop

Global
3 out of 5 stars
Interprétation
4 out of 5 stars
Histoire
2 out of 5 stars

Rédigé le : 23/03/2018

Laetitia Colombani parle de son désir, dans ce roman, de "montrer des femmes qui brisent leur chaînes".

Mais il a un petit goût amer de "finalement tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles, pourvu qu'on ait le bon état d'esprit". Car la façon dont ces femmes vont, en refusant leur destin, tisser une tresse qui va les relier, les laisse dans une position relative criante d'inégalité.

Le message est "femmes, croyez en vos rêves, soyez vous-mêmes (un peu comme tous ces livres de "développement personnel"), c'est universellement possible, la preuve : ces trois femmes si différentes l'ont fait".

Mais on ne peut s'empêcher de constater qu'au final l'une y gagnera une satisfaction toute spirituelle tandis qu' une autre accédera à une satisfaction certes morale, mais surtout matérielle - ne pourrait-on même dire : l'une va  profiter de la crédulité de l'autre ?

Et finalement on se retrouve avec un monde toujours aussi injuste, où restent intactes les causes de l'oppression des femmes : celui où des millions d'hommes et de femmes ont tellement rien qu'ils sont obligés de vendre une partie d'eux-mêmes au profit d'autres qui, parce qu'ils ont un peu (mais surtout beaucoup) de capital,  peuvent en profiter.

la 1ere guerre et la révolution vécus de partout

Global
5 out of 5 stars
Interprétation
5 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 19/06/2016


Ce que j'ai aimé dans ce livre, c'est le choix de personnages dans plusieurs classes sociales et dans plusieurs pays - Amérique, Angleterre, Russie, Allemagne.
Il y a tellement de moments intéressants ! En effet, cette histoire, c'est notre histoire - avec les vrais grands événements et les vrais "grands hommes". On les redécouvre, voire on les découvre.
Et c'est tellement naturellement que les hommes (les personnages) font l'histoire ! A cet égard Ken Folett met quelques points sur quelques i - par rapport à l'histoire "officielle" : les "grands" hommes ne sont ainsi pas forcément ceux qu''elle met en avant. Il s'agit souvent de femmes, d'ouvriers, etc... obscurs, imaginés ici , mais qui sont évidemment inspirés d' hommes et de femmes inconnus ayant réellement existés.
Par ailleurs, les histoires individuelles des personnages réservent émotions, belles surprises, intérêt. Ainsi les destinées si distinctes des deux frères pauvres russes, la destinée de l'aristocrate anglaise féministe, celle de l'enfant mineur anglais dont on suit les premiers pas dans la mine au début du livre..
Bref ce livre est passionant, limpide et très facile à lire étant donné l'ampleur de son propos.

9 personnes ont trouvé cela utile

Guerre ou pas guerre, les affaires continuent

Global
5 out of 5 stars
Interprétation
5 out of 5 stars
Histoire
5 out of 5 stars

Rédigé le : 12/11/2015

Parmi tous les livres audio que vous avez pu écouter, à quel rang placeriez-vous Au revoir là-haut, suivi d'un entretien avec l'auteur ?

En premier.

Quel était votre caractère favori et pourquoi ?

Personne ne brille là-dedans. La loyauté d'Albert envers son "sauveur" tient le coup, malgré son caractère a priori peu héroïque. Cela me le rendrait sympathique si... victime absolue tout le long du roman, on ne sentait pas qu'il allait finir sa vie du bon côté du manche, dans les colonies. La révolte d'Edouard contre la guerre en général, le mène à une révolte contre la société en général, sans distinguer entre les bourreaux et les victimes (la frontière n'étant pas celle des camps qui s'affrontent militairement - le roman se passe après guerre, en France). Sa vengeance éclatante fait de tous des victimes... Madeleine arrive à sauver un peu de sa liberté (liberté de choisir son partenaire et de s'en séparer, au travers même d'un mariage convenu où elle est allégrement cocufiée, selon la règle du genre). D'Aulnay-Pradelle ne parvient pas à offrir une postérité à sa lignée aristocratique malgré l'utilisation de tous les moyens les plus criminels et crapuleux. Bon débarras. Merlin, fonctionnaire apparemment indifférent à tout ce qui n'est pas le respect scupuleux du réglement, méprisé pour cela par sa hierarchie, bonhomme immonde tellement il ne se respecte plus, est peut-être le seul à se révolter vraiment, à suivre sa conscience.

Quel caractère - joué par Pierre Lemaitre - était votre favori ?

Pierre Lemaître a lu son livre comme un comédien professionnel.

Avez-vous pu avoir une réaction excessive concernant ce livre ? Est-ce qu'il vous a fait rire ou pleurer ?

Toutes mes réactions ont été excessives concernant ce livre : justement, il m'a fait rire aux larmes et pleurer de tristesse. Dès la première phrase, on est happé par la situation décrite. Tout est excessif dans ce livre, mais tellement crédible. C'est la société toute crue, la même que celle d'aujourd'hui. Cette société où les affairistes tiennent le haut du panier. Complètement pourrie. Mais où un être ordinaire, rescapé de l'horreur, mais juste bon à crever de faim au chômage, s'avère capable de l'extraordinaire. Reste à déployer cette capacité collectivement et à bon escient.

Avez-vous d'autres commentaires ?

J'en redemande.

1 personne a trouvé cela utile